Chers camarades, chères camarades du Parti communiste maoïste:

C’est avec beaucoup d’émotion que nous apprenons le décès de votre camarade – ou plutôt, notre camarade – Pierre, à la suite d’un tragique accident.

Le camarade Pierre incarne le marxisme-léninisme-maoïsme et la lutte pour le défendre, le développer et l’appliquer pour faire avancer la révolution mondiale. La douleur de sa perte, dont vous témoignez avec éloquence, est vivement ressentie par tous ceux et celles qui luttent pour le socialisme et le communisme, au Québec, au Canada et partout dans le monde. Son immense contribution d’une vie au service de la révolution

Venez célébrer les luttes et les victoires qui ont marqué l’année 2017! Venez soutenir la Maison Norman Bethune et appuyer son expansion!

Vendredi 22 décembre à 19h (ouverture des portes dès 18h)
9697, boul. Saint-Laurent, local 303, Montréal

À partir de la station de métro Sauvé, marchez dix minutes ou prenez l’autobus 121 direction Ouest | La Maison Norman Bethune est accessible aux personnes à mobilité réduite.

AU PROGRAMME:
★ Présentation des projets de la Maison Norman Bethune.
★ Dévoilement de la programmation de l’École communiste de Montréal.
★ Discussions, échanges et solidarité!
★ Encan chinois.
★ Musique, rafraîchissements.

Entrée

Évènements
TOUS ET TOUTES À L’ASSEMBLÉE ÉTUDIANTE RÉVOLUTIONNAIRE!

2017, c’est le renouveau d’un espoir: le communisme

2017, c’est le renouveau d’un espoir: le communisme

C’est la renaissance d’une perspective longtemps perdue et trainée dans la boue par ceux et celles qui profitent de ce monde dégueulasse: la perspective d’une transformation radicale de la société, de l’abolition du capitalisme et des rapports marchands – la perspective d’une société sans classes et donc sans État, celle de la construction d’une société communiste basée sur les besoins de chacun et non sur la nécessité de faire du profit.

Nous, les étudiant.es révolutionnaires, refusons les compromis pourris avec des gouvernements vendus au capitalisme; nous dénonçons l’exploitation, les guerres impérialistes et

Communiqués
Un communiqué du Mouvement étudiant révolutionnaire
- MER PCR

Stages, exploitation, capitalisme

La crise actuelle de la gauche étudiante ne fait aucun doute. Elle a balayé les liens organiques qui existaient entre associations étudiantes traditionnellement «progressistes», défait les organisations politiques qui les animaient, cassé les mythes portés depuis des années par les unes et les autres. Dans son sillage, elle semble devoir emporter l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ), ce Léviathan qui était encore récemment la plus grande organisation étudiante nationale.

Pour nous, étudiant.es communistes, cette conjoncture présente ses avantages et ses défis. Le déracinement des vieux dogmes radical-réformistes, le recul sinon l’effondrement des institutions du progressisme étudiant ouvrent la voie

Le 7 novembre dernier, à l’appel du Parti communiste révolutionnaire, un fort contingent de partisanEs du socialisme a pris la rue et a défilé dans le centre-ville de Montréal pour souligner le centenaire de la grande révolution d’Octobre 1917. Cette manifestation marquait le point culminant de semaines intenses de mobilisation, d’organisation, d’agitation et de propagande ayant contribué à la politisation d’un grand nombre de prolétaires dans plusieurs villes du Québec.

Sur l’une des deux bannières géantes formant la tête du cortège était inscrit en grands caractères un mot unique, le mot «SOCIALISME». Un mot, un simple mot qui, bien qu’il

Un fort contingent de partisanes et partisans de la cause du prolétariat a marché dans les rues du centre-ville de Montréal le mardi 7 novembre, à l’occasion du 100e anniversaire de la révolution d’Octobre. La manifestation clôturait ce qu’on a appelé «le mois du socialisme» – un effort sans précédent de mobilisation et d’éducation politiques où la nécessité du socialisme et de la révolution a été remise au premier plan. Nous reproduisons ici l’intervention faite par un camarade à la fin de la manifestation. Un immense salut rouge à toutes celles et à tous ceux qui ont répondu à l’appel

Autres documents
UN DEUXIÈME TEXTE DU MOUVEMENT ÉTUDIANT RÉVOLUTIONNAIRE (MER-PCR):

Rejetons nos illusions et préparons-nous à la lutte

Ce texte est le 2e d’une série de trois, publiée par les militant.es du Mouvement Étudiant Révolutionnaire (MER-PCR) tout au long de l’automne 2017. Il fait suite à un premier texte intitulé «Feu sur l’école bourgeoise! Matériaux pour une critique de l’école», publié il y a quelques semaines; il en est sa conclusion pratique.

Le troisième texte, à paraître bientôt, poursuivra la portée pratique du présent texte en annonçant la campagne politique étudiante du MER-PCR pour l’été 2018.

* * *

«Celui qui se range en paroles seulement du côté du peuple révolutionnaire, mais agit tout autrement, est un révolutionnaire

Partout dans le monde, les communistes et les masses exploitées célèbrent cette année le centenaire de la révolution bolchévique, première révolution prolétarienne de l’histoire ayant mené à la défaite de la bourgeoisie dans un pays entier et ayant permis l’instauration d’un État socialiste. Cet événement a constitué un véritable point de rupture historique, modifiant le rapport de forces entre les classes dominantes et les classes dominées à l’échelle mondiale, suscitant un essor formidable du mouvement révolutionnaire international et inspirant pendant des décennies, dans toutes les régions du monde, le prolétariat exploité et les peuples opprimés en lutte pour leur libération.

Transformer la société de fond en comble jusqu’à ce que le monde change de base est un défi que seule la classe ouvrière est capable de relever. Ce défi, c’est le socialisme.

Dans la société actuelle, le pouvoir créateur du prolétariat est enchaîné. De quelle liberté peut-on parler lorsque la majorité salariée n’a même pas un mot à dire sur son propre travail? La démocratie sera toujours une illusion aussi longtemps que ceux qui travaillent ne pourront pas décider à quoi sert leur propre travail et comment leur propre travail est organisé. La lutte pour le socialisme consiste à rendre