http://www.mer-rsm.com/2014/11/on-noublie-pas-on-pardonne-pas.html

Dans la foulée de la manif du 31 octobre, Francoeur, représentant de la Fraternité des policiers, a semblé démontrer une certaine forme d’appui – on devrait plutôt dire qu’ils ont envisagé de ne peut-être pas réprimer violemment nos manifestations – aux mouvements de lutte contre l’austérité.

Il apparaît évident que toute attitude ou tout discours qui pourraient soutenir une quelconque perspective de solidarité avec les policiers relève non seulement de l’hypocrisie, mais aussi d’un opportunisme crasse.

La simple participation des principales «fraternités» policières du Québec à une coalition syndicale pour sauver leurs caisses de retraite ne change en rien

Tract diffusé par le Front féministe prolétarien de Québec à l’une des nombreuses manifestations qui ont eu lieu dimanche dernier dans plusieurs villes à travers la province pour dénoncer la hausse des tarifs des centres de la petite enfance, que le gouvernement Couillard souhaite imposer:

L’origine des CPE

Au Québec, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, un mouvement s’est construit autour de S.O.S. Garderies pour mettre sur pied un réseau qui réponde aux besoins des Québécois et des Québécoises, les adultes comme les enfants. La revendication centrale de S.O.S. Garderies: des garderies gratuites accessibles

La Convergence des luttes anti-capitalistes (CLAC-Montréal) vous invite à un après-midi d’autoformation sur le thème de la résistance à la répression le dimanche 30 novembre 2014 de 12h30 à 17h au 7e étage du pavillon Henry F. Hall de l’Université Concordia (1455, boul. De Maisonneuve Ouest, métro Guy-Concordia).

L’année 2014 a été une année de persistance face à la répression. La manifestation du 15 mars 2014 a été réprimée dans l’œuf, et celle du 1er mai 2014 a été violemment attaquée. En 2014, Montréal s’est qualifiée comme deuxième ville mondiale en termes du nombre d’arrestations pour un 1er mai. De

++++
Contingent anticapitaliste dans la manif
«L’austérité, une histoire d’horreur»

Le 31 octobre à 11h
Coin McGill College et Maisonneuve
++++

Parce que les coupures dans les programmes sociaux, la privatisation et la tarification des services publics n’ont rien de nouveau;

parce que «politiques d’austérité», c’est juste une autre expression pour «politiques néolibérales»;

parce que de tout temps, les pauvres ont payé pour les riches;

parce que l’exploitation des travailleurs et travailleuses, des ressources naturelles et la destruction de l’environnement se sont toujours faits au nom du profit à tout prix;

parce que l’histoire d’horreur, c’est aussi celle de plus

m4s0n501

Après avoir tout décidé en secret, le gouvernement canadien a déclaré en notre nom la guerre à l’organisation appelée «État islamique» (EI), d’abord en Irak et éventuellement en Syrie. En grand défenseur de la «démocratie» et des «libertés», Stephen Harper a annoncé une opération de six mois incluant 600 militaires, des navires et des avions pour bombarder les positions contrôlées par l’organisation sectaire, dont le territoire s’est étendu rapidement depuis juin dernier.

Le coût des opérations, si on se base sur l’opération menée il y a trois ans en Libye, pourrait se chiffrer à plus de 500 millions de

Dans les deux années qui ont suivi la conférence inaugurale des étudiants radicaux et jeunes révolutionnaires, tenue à Toronto en décembre 2012, le Mouvement étudiant révolutionnaire (MER) a fait d’immenses progrès. De plus, il a reconfiguré la mosaïque des forces étudiantes au Canada en construisant une alternative révolutionnaire viable afin de mettre de l’avant la lutte des classes sur les campus. Grandissant d’une poignée de groupe plus ou moins affiliés à Toronto, Montréal, Ottawa et Québec, le Mouvement étudiant révolutionnaire s’est développé en une organisation présente dans 10 villes. Il s’est aussi développé en une union se renforçant de jour

Partisan №56
La farce électorale est en cours à Toronto

Les révolutionnaires appellent au boycott !

Au début de la campagne en vue de l’élection à la mairie de Toronto, alors que Rob Ford était empêtré dans les scandales, la bourgeoisie semblait avoir choisi de miser sur Olivia Chow pour succéder au maire déchu. Un article paru le 23 mai dans le quotidien The Globe and Mail décrivait les efforts des partisans de l’ancienne députée néo-démocrate pour se rallier les élites de Bay Street et du quartier Yorkville. Deux gros capitalistes – Margaret McCain, l’héritière de la fortune des Aliments McCain, et Richard Peddie, l’ex-PDG de Maple Leaf Sports and Entertainment – ont été nommés comme

(NDLR) – Nous avons reçu cette contribution d’un sympathisant, en réaction à l’article publié dans le dernier numéro (55) du journal Partisan à propos de la lutte des employées des municipalités contre le projet de loi 3 du gouvernement Couillard au Québec, qui attaque leurs régimes de retraite :

Un débat fait rage actuellement dans la société québécoise, comme dans plusieurs pays industrialisés dans le monde, sur les régimes de retraite des employées de l’État en particulier.

Non seulement l’État voudrait relever le plafond limite de la retraite, s’attaquer aux formules d’indexation, réduire sa participation aux régimes…

La réfection de la rue Jacques-Cartier à Pointe-Gatineau a provoqué un mouvement de résistance inattendu de la part d’autochtones de diverses origines. Suite à la découverte d’artefacts vieux de plusieurs milliers d’années lors des travaux sur le site situé à la confluence de la rivière des Outaouais et de la rivière Gatineau, la ville de Gatineau n’a pas jugé bon d’en aviser les représentantes autochtones de la région, pas plus que la population en général. Cependant, l’affaire s’ébruita et mena à des protestations publiques, forçant la Ville à permettre des fouilles archéologiques sur un site de 40 pieds