Le 21 septembre 2004, un important événement s’est produit, qui a contribué à l’avancée des forces révolutionnaires de l’Inde et du monde entier, soit la création du Parti communiste de l’Inde (maoïste). Cet événement est une source d’inspiration pour les révolutionnaires du monde entier parce qu’il montre qu’il est possible d’en arriver à une solide unité de principes sur le plan politique, cela à travers une lutte entre deux lignes, en ayant comme base le marxisme-léninisme-maoïsme et la stratégie de la guerre populaire prolongée.

L’Inde est le deuxième pays le plus peuplé du monde. C’est un pays semi-colonial et semi-féodal.

Depuis quelques semaines, les manifestations se multiplient au Québec contre les mesures d’austérité imposées ou envisagées par le gouvernement Couillard. Trente mille personnes à la manifestation du 31 octobre organisée par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics à Montréal; quelques jours plus tard, des dizaines de milliers dans une douzaine de villes contre l’augmentation des tarifs des services de garde; plusieurs actions décentralisées organisées par des groupes étudiants; tandis qu’au moment de mettre sous presse, une centaine de milliers de personnes, et peut-être un peu plus, étaient attendues à Québec et Montréal le

Partisan №57
LE MER CONFRONTE LA GRC À L’UNIVERSITÉ DE TORONTO

«Fermez la porte de la grange, empêchez les porcs d’en sortir!»

Le mercredi 19 novembre, le Mouvement étudiant révolutionnaire a organisé une action contre la présence de recruteurs de la Gendarmerie royale du Canada sur le campus de l’Université de Toronto. Des camarades du Front féministe prolétarien et du Comité prolétarien d’action révolutionnaire ont également participé à la manifestation, qui a eu lieu devant le pavillon de la Faculté de médecine où se tenait la foire. Les manifestantes et manifestants ont distribué des tracts aux passants et aux personnes venues assister à l’événement. Les camarades ont scandé des slogans dénonçant la présence des recruteurs de la GRC sur le campus et

Partisan №57
CULTURE DU VIOL

La révolte des opprimées

Photo ACAB Media

La dénonciation des agressions sexuelles commises par l’animateur vedette de la CBC, Jian Ghomeshi, a ouvert une digue dans laquelle des milliers de victimes d’agressions et de harcèlement se sont engouffrées. Sur les réseaux sociaux ou ailleurs, elles ont été nombreuses à dénoncer leurs agresseurs, parfois en les nommant, ouvertement ou de façon anonyme. Comme l’ont écrit les auteures Martine Delvaux et Pascale Navarro, «ça aura pris des siècles, plusieurs vagues de féministes… et les derniers jours pour que les femmes fassent exploser l’écluse du silence».

La vague qui s’en est suivie s’est rapidement avérée irrésistible, jusqu’à se rendre

Partisan №57
«SÉCURITÉ NATIONALE»:

Un délire intéressé

La fusillade qui s’est produite sur la colline parlementaire fin octobre à Ottawa continue à fasciner les grands médias. Dans une pitoyable tentative de dresser une analogie entre la mort d’un unique soldat et les attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis, certains journalistes n’ont pas hésité à adopter la rhétorique du gouvernement Harper, pour qui la fusillade est «un sombre rappel que le Canada n’est pas immunisé contre les attaques terroristes comme celles que nous avons vues ailleurs dans le monde». Dans une répétition burlesque de ce qu’on nous avait servi au lendemain des attentats du 11 septembre,

QUÉBEC – Le dimanche 9 novembre, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées devant l’Assemblée nationale. Au même moment, des rassemblements similaires avaient lieu dans une douzaine de villes au Québec, qui ont réuni des dizaines de milliers de personnes. Les objectifs de ces manifestations étaient multiples: protester contre les coupures dans les centres de la petite enfance (les CPE), soutenir le réseau des garderies publiques et marquer le refus des nouveaux tarifs modulés, dont l’annonce a par la suite été confirmée par le gouvernement Couillard.

Les mesures d’austérité que le gouvernement met en œuvre montrent bien que les

Ceci est une version condensée d’un article paru dans l’édition du 7 novembre de l’hebdomadaire The Philippine Reporter publié à Toronto. – La rédaction

Environ 35 personnes se sont rassemblées à l’angle des rues Bathurst et Wilson le 24 octobre dernier à Toronto, à l’appel de l’organisation BAYAN Canada, pour exiger la «justice pour nos sœurs assassinées». Des membres de Gabriela Ontario, d’Anakbayan Toronto, de Migrante et d’autres organisations progressistes étaient présents pour dénoncer le meurtre récent de deux Philippines, Evelyn Bumatay Castillo – une aide familiale âgée de 43 ans, assassinée le 11 octobre à Mississauga – et

Le Comité prolétarien d’action révolutionnaire et le journal Partisan saluent la formation d’un nouveau syndicat regroupant les travailleurs et travailleuses impliquéEs dans le programme de réduction des risques sanitaires à Toronto. Le Toronto Harm Reduction Workers Union (THRWU) est membre des Industrial Workers of the World (IWW). Le syndicat est officiellement présent aux centres de santé communautaire du quartier South Riverdale et du centre-ville, et l’on prévoit que de nouveaux lieux de travail s’y joindront au cours des prochains mois.

Pour le syndicat, le programme de réduction des risques participe d’«une approche pratique et rationnelle face aux méfaits

m4s0n501

Le 22 octobre dernier, des bandits à la solde de propriétaires terriens ont lâchement abattu Cleomar Rodrigues de Almeida dans la région qui traverse les États de Minas et de Bahia au Brésil. Âgé de 46 ans, le camarade Cleomar était coordonnateur de la Ligue des paysans et paysannes pauvres (LCP) de cette région et il militait avec humilité, dévouement et courage pour la révolution agraire et un nouveau pouvoir populaire.

Apiculteur collectif, il œuvrait au sein du «Territoire révolutionnaire uni» – un projet agricole où de nouveaux rapports sociaux égalitaires sont mis en place, en opposition à ceux