Arsenal №5
Déclaration du Comité du MRI à l'occasion du Premier Mai :

Le communisme au 21e siècle

Le monde est en ébullition et partout, la résistance et la colère populaires grondent. Avec la guerre en Irak et la menace de guerres au Moyen-Orient et ailleurs, les régimes impérialistes et en particulier les États-Unis, tentent désespérément d’installer un nouvel ordre mondial dont ils seraient les rois. Leurs mains sont recouvertes de sang.

Bien des gens aujourd’hui se questionnent et sont en colère devant la défaite qu’ont subie les millions de personnes qui ont lutté pour arrêter la guerre. Une résistance courageuse prend racine en Irak. Malheureusement, et douloureusement, les cibles visées ne sont pas toujours les forces impérialistes d’occupation et d’oppression, ou le régime réactionnaire qui y sévit.

Le Premier Mai est l’occasion de faire le point sur notre lutte pour renverser les classes dirigeantes exploiteuses. Nous avons besoin d’un monde dans lequel les intérêts de l’humanité, et non pas la recherche de profits sans fin, seront au cœur de la société. Un monde où les masses ne seront plus anonymes et considérées comme des bêtes de somme, enfermées et privées de toute possibilité d’user de leur énergie créatrice pour se transformer elles-mêmes et transformer le monde, en toute conscience.

Le programme mondial de l’impérialisme US est sinistre : c’est celui d’un seul monde, d’un seul empire. Les États-Unis ont déchaîné leurs forces militaires à une échelle qu’aucune autre force rivale ne peut atteindre, pour imposer et mondialiser l’exploitation. Les peuples du monde ont devant eux tout un éventail de possibilités, allant des défaites dévastatrices jusqu’à de spectaculaires avancées, incluant des révolutions dans un certain nombre de pays. L’issue de ces luttes dépend de nous tous et de nous toutes.

De nouvelles générations ont emboîté le pas, motivées par la nécessité de la résistance. Leur connaissance des réalisations du passé reste déficiente. Ou alors, elles ont seulement entendu la machine de propagande de la classe dominante, vomissant son discours à l’effet que le communisme fut un échec.

Les masses ont besoin de la vision éclairante du marxisme-léninisme-maoïsme pour les guider dans la lutte. Elles ont besoin d’une direction d’avant-garde qui brandira cette idéologie dans chaque pays et d’une nouvelle Internationale communiste qui aidera à ce que les différentes vagues de la révolution se transforment en un torrent contre le système capitaliste, partout dans le monde.

Comme toute science, le marxisme-léninisme-maoïsme n’est pas immuable. C’est un outil vivant et en constant développement qui nous permet d’analyser les nouvelles conditions et les nouvelles questions qui se posent. L’idéologie communiste progresse à travers des zones de turbulence. Les nouvelles conceptions nous permettent de dépasser l’inertie dans laquelle certaines anciennes façons de voir les choses ont pu nous mener; on doit démêler les points de vue justes et ceux qui ne le sont pas. Les idées qui surgissent des différents domaines de l’expérience humaine seront développées et testées au fur et à mesure que le monde se transformera. C’est ce processus que les communistes appellent la lutte entre deux lignes.

Dans le passé, des révoltéEs et des visionnaires ont consenti d’énormes sacrifices pour transformer la société. Marx et Engels ont développé une analyse scientifique du système capitaliste. Dans le Manifeste du parti communiste, ils ont appelé à rompre avec les rapports de propriété traditionnels, avec les rapports sociaux fondés sur ces rapports de propriété et avec les idées et les institutions traditionnelles qui renforcent ce type de rapports sociaux à l’échelle du monde entier. Tel est le sens du projet communiste. Cette science, Lénine et Mao Zedong l’ont ensuite développée et appliquée.

De grandes victoires ont été remportées durant la Commune de Paris, la révolution d’Octobre en Russie et dans la Chine socialiste de Mao, qui ont atteint leur apogée dans les années 1960 et 1970 avec la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Ces victoires ont été écrasées par les forces réactionnaires et par le poids de milliers d’années d’exploitation de classe, renforcé par les idées traditionnelles et les institutions au service de la réaction. Les forces maoïstes à travers le monde ont su analyser le coup de force de 1976 en Chine. Elles sont allées de l’avant pour s’unir et former le Mouvement révolutionnaire internationaliste (MRI), qui est désormais le centre embryonnaire des forces maoïstes à l’échelle internationale.

Le MRI a lancé l’appel à une vaste discussion et un large débat, à l’intérieur de ses rangs comme à l’extérieur, sur les enjeux les plus vitaux auxquels font face les communistes révolutionnaires aujourd’hui. Parmi eux, mentionnons la synthèse de l’expérience acquise dans l’exercice de la dictature du prolétariat (URSS et Chine), la compréhension des dynamiques à l’œuvre au sein du système impérialiste, l’analyse des développements socio-économiques dans les différents pays pour comprendre leur implication dans la stratégie révolutionnaire, et d’autres questions importantes. C’est à travers ce processus que le MRI s’est forgé et qu’il continuera à se renforcer. Aujourd’hui, nos camarades au Népal ont fait de grands pas dans leur lutte. Les pauvres et les oppriméEs de ce pays ont établi leur propre pouvoir politique révolutionnaire sur 80% du pays et utilisent maintenant ces bases rouges pour attaquer la forteresse de l’ennemi et conquérir le pouvoir politique dans tout le pays.

Le communisme demeure le seul espoir de l’humanité. Mais cet espoir ambitieux ne pourra se réaliser qu’à travers une lutte, une dure lutte dans tous les domaines de la vie. Le mouvement communiste international a mis au monde des légions de héros et d’héroïnes qui ont bravé l’emprisonnement, la torture et la mort face à l’ennemi. Ce mouvement doit faire preuve du même courage en s’auto-examinant sans pitié et en affichant sa détermination à démontrer que son idéologie demeure vivante et qu’elle nous permet de comprendre, encore plus complètement, toute la complexité et la richesse de la société humaine et de la lutte des classes. Le mouvement communiste international doit démontrer qu’il est capable de rejoindre et d’unir des millions de personnes, d’apprendre d’elles et d’en gagner des millions d’autres, tout en combattant avec ténacité pour soutenir et mettre en pratique notre idéologie de libération.

Nous devons avancer encore plus loin dans notre objectif de construire une Internationale communiste de type nouveau. Pour y arriver, il faudra unir l’ensemble des forces authentiquement maoïstes qui existent actuellement à l’échelle internationale, tout en rejoignant les militantEs révolutionnaires qu’il reste à gagner à la vérité libératrice de l’idéologie communiste.

En ce 1er mai 2005, le MRI est bien déterminé à fusionner l’outil scientifique qu’est le marxisme-léninisme-maoïsme, avec la nouvelle vague montante de la révolution.

Le Comité du MRI
e p D T F s