Drapeau Rouge Express №56

À la mémoire de Ronald Cross

Éloge publié par Le Drapeau rouge, n° 21, novembre 1999.

Le Mohawk Ronald Cross, dit «Lasagna», est mort à Montréal le 1er novembre 1999. Il avait repris depuis peu son métier de monteur de structure (qui fut aussi le métier de nombreuses générations d’ouvriers mohawks au Canada et aux États-Unis) sur le pont Champlain, après avoir purgé plusieurs années de prison suite à la lutte de l’été 1990 à Oka.

Avec un groupe de Mohawks et de sympathisantEs, Ronald Cross avait courageusement combattu pendant le long siège de 78 jours auquel les avait contraints la Sûreté du Québec et l’armée canadienne à Oka au nord-ouest de Montréal.

Suite au raid armé de plus de 1 000 agents de la SQ effectué le matin du 11 juillet 1990, raid qui devait déloger les Mohawks de la pinède de Kanehsatake, ceux-ci érigèrent des barricades et maintinrent un siège héroïque pour défendre leurs droits sur leur territoire ancestral alors convoité par des promoteurs véreux. L’intervention de milliers de soldats de l’armée canadienne et la prise en tenaille progressive du secteur força les Mohawks à se retrancher petit à petit jusqu’à un résidu entourant le désormais célèbre Centre de désintoxication.

Lorsqu’ils en sortirent le 26 septembre, ils étaient encore 52 femmes, hommes et enfants ainsi qu’une dizaine de journalistes. Pendant toutes ces semaines, la combativité et la résistance des Mohawks suscitèrent le respect et l’appui de dizaines de milliers de sympathisantEs à travers le Canada ainsi qu’ailleurs dans le monde. Le Canada fut alors plongé dans une des crises politiques les plus importantes de son histoire.

La grande presse, hargneuse et raciste, les milieux dirigeants et les groupes les plus nationalistes s’en prirent pendant tout ce temps aux dangereux Warriors armés et en particulier à Ronald Cross dont ils firent la personnification. Au moment de son arrestation le 26 septembre, Ronald Cross fut sauvagement battu à coups de poings et d’armes par quatre policiers de la SQ qui, pour accomplir impunément leur mission fasciste, avaient revêtu des habits de l’armée canadienne. D’ailleurs, quelques jours avant de mourir, Cross devait l’emporter dans une plainte en déontologie déposée contre ces quatre SSQuistes déguisés!

La lutte des Mohawks à l’été 1990 a profondément influencé l’esprit revendicatif des nations autochtones à travers le Canada. Elles sont entrées depuis lors dans un cycle de luttes qui ne fait que commencer à ébranler la domination et l’oppression exercée par l’État. Chez des dizaines de milliers d’autochtones, l’esprit combattant, l’esprit warrior est de plus en plus vivant et resurgit devant chaque affront, dans chaque lutte. Pensons à Ipperwash en Ontario, Gustafsen Lake en Colombie-Britannique, et tout récemment encore aux MicMacs de la côte est.

Il faut continuer à entretenir l’esprit combattant de l’été 1990. Il faut s’en servir comme d’un brillant exemple susceptible de renforcer notre combat contre l’oppression et l’exploitation. C’est pourquoi notre respect accompagnera toujours la mémoire de Ronald Cross.

e p D T F s