Socialisme Maintenant №3
QUESTION NATIONALE

Le caractère impérialiste du Québec

Nous pouvons résumer en cinq points la caractérisation de l’impérialisme faite par Lénine :

  1. Avec le haut degré de concentration de la production et du capital, dans la vie économique se sont progressivement formés des groupes monopolistes jouant un rôle déterminant.
  2. Le capital bancaire et le capital industriel fusionnent ensemble et se transforment en capital financier et de plus, sur la base de ce capital financier, se forme une oligarchie financière.
  3. L’exportation de capitaux prend une signification particulièrement importante aux dépens de l’exportation des marchandises.
  4. Les alliances monopolistes de capitalistes, qui se partagent le monde, se sont déjà formées.
  5. Les grandes puissances capitalistes se partagent le monde.

À la lumière de cette définition, nous sommes en mesure de déterminer si le Québec est devenu une puissance impérialiste.

Les monopoles jouent effectivement le rôle déterminant au Québec. Il en existe qui se sont principalement formés avec du capital québécois. À titre d’exemple, mentionnons Bombardier, Culinar, le groupe Cascades, plusieurs groupes financiers dans le secteur privé, Hydro-Québec, la Caisse de dépôt et de placement dans le secteur public, et le mouvement Desjardins, la Coop fédérée du Québec dans le secteur dit «coopératif».

Le capital financier est dominant au Québec. Sous l’impulsion de l’intervention massive de l’État à partir des années 1960, la fusion du capital bancaire et industriel s’est développée. L’intervention de l’État a favorisé le développement d’un réseau financier autour de la Caisse de dépôt, le mouvement Desjardins, d’autres groupes et, maintenant, le Fonds de solidarité de la FTQ, pour approvisionner en financement le secteur industriel. Le renforcement des liaisons est de plus en plus soutenu.

L’exportation des capitaux est très importante. Plusieurs entreprises québécoises ont des investissements directs et indirects à l’étranger. On n’a qu’à penser à Bombardier qui investit aux États-Unis, en Irlande etc., au groupe Cascades en France, à Hydro-Québec et aux entreprises d’expertise hydro-électrique dans plusieurs pays du tiers-monde.

Les monopoles québécois ont suffisamment les reins solides pour s’allier avec des monopoles étrangers et conquérir le monde. Les alliances se font surtout avec le Canada-anglais, mais aussi avec des monopoles européens.

Le Québec possède même ses propres colonies. Les vastes territoires autochtones du nord du Québec font partie de ses colonies. Avec un traité injuste qui demandait aux Autochtones de renier leurs droits ancestraux, le Québec a réussi à y établir sa prépondérance aux dépens du fédéral. C’est dans cette région occupée que l’État et le capital québécois ont établi leur principal fleuron économique, les barrages d’Hydro-Québec. Ces territoires autochtones font l’objet d’une lutte entre l’impérialisme québécois et l’impérialisme canadien.

e p D T F s