Montréal, le 4 janvier 2013

Mohan Vaidya ‘Kiran’, président
Ram Bahadur Thapa ‘Badal’, secrétaire général
Comité central d’organisation
Parti communiste du Népal – maoïste

Chers camarades,

Au nom du comité central et de tous les supporters du Parti communiste révolutionnaire du Canada, veuillez transmettre nos salutations révolutionnaires les plus chaleureuses à l’ensemble des camarades qui participent à l’historique septième congrès national de votre parti. Même s’il nous est impossible d’être présents physiquement, sachez que nous sommes à vos côtés et que notre solidarité vous est acquise.

Comme vous le mentionnez dans l’invitation que vous nous avez fait parvenir il y a quelques jours, votre congrès est historique, non seulement parce qu’il s’agit du premier à se tenir depuis une vingtaine d’années, mais parce que les décisions que vous y prendrez auront un impact crucial sur l’avenir de la révolution au Népal.

Pendant 10 ans, la glorieuse guerre populaire que vous avez courageusement initiée a permis aux masses populaires du Népal de porter de puissants coups à la réaction sous toutes ses formes et d’affirmer leur indépendance nationale. Le renversement de Gyanendra et de la monarchie féodale a confirmé une fois de plus que «le peuple seul est la force motrice de l’histoire universelle» et qu’il est capable des plus grandes choses lorsqu’il est dirigé par un parti d’avant-garde marxiste-léniniste-maoïste.

La guerre populaire dirigée par votre parti a fait mentir la bourgeoisie mondiale qui prétendait encore il n’y a pas si longtemps, à l’époque même où vous teniez votre sixième congrès, que «l’histoire était terminée» et que le capitalisme avait définitivement triomphé de l’aspiration des masses au communisme et à la révolution. Elle a inspiré et continue d’inspirer les masses révolutionnaires en Asie du Sud et partout dans le monde, et en particulier les nouvelles générations qui se tournent vers le communisme comme unique solution à la crise du système capitaliste mondial.

L’expérience de votre parti au cours des 20 dernières années a également démontré la puissance et la supériorité du marxisme-léninisme-maoïsme. Elle nous a notamment appris que la meilleure façon de défendre et de développer le marxisme-léninisme-maoïsme, et surtout d’en faire une force de changement réelle, c’est de l’appliquer en pratique – avec toutes les difficultés que ça engendre mais surtout, tous les espoirs que cela génère.

Depuis 1996, notre parti, ainsi que les organisations qui l’ont précédé, a toujours soutenu le prolétariat et les masses révolutionnaires du Népal et leur parti d’avant-garde maoïste. Nous sommes d’ailleurs fiers d’avoir participé à la première brigade internationale de construction de la route des Martyrs à l’automne 2005 dans le district de Rolpa. L’exemple de la guerre populaire au Népal nous a également amené à entreprendre une démarche d’unité avec le Mouvement révolutionnaire internationaliste (MRI), que nous n’avons malheureusement pu mener à terme avant la disparition de cette organisation.

Au printemps 2007, peu de temps après la création de notre parti, nous avions écrit que la guerre populaire au Népal constituait «l’expérience révolutionnaire la plus avancée des dix dernières années pour le prolétariat mondial». Vous avez déjà écrit les premières pages de l’histoire des révolutions du vingt-et-unième siècle.

Il nous appartient maintenant à tous, révolutionnaires communistes – et partout où que nous soyons – à avancer sur la voie que vous avez tracée et à résoudre en pratique les diverses questions qui se posent pour que triomphe notre avenir communiste. Nul doute que votre glorieux parti contribuera encore immensément à ce triomphe.

Vive le marxisme-léninisme-maoïsme! Vive l’internationalisme prolétarien! Un salut rouge au Parti communiste du Népal – maoïste!

Pour le comité central du PCR-RCP (Canada),
Fred Engler

e p D T F s