Le présent document vise l’initiation des sympathisantEs du Parti communiste révolutionnaire au travail révolutionnaire et leur intégration aux structures du PCR. Cette brochure ne remplace en rien les Statuts et règlements, mais se veut un supplément pour les clarifier, favoriser leur compréhension et, surtout, lancer le plus rapidement possible les camarades dans le travail politique. Dans ce document, il sera question de la fondation d’un comité d’organisation du Parti, ce qui inclut l’adhésion au Parti, et des notions ainsi que des pratiques de base qui se rattachent à cette structure de l’organisation. Enfin, ce document est particulièrement orienté envers les camarades qui ne peuvent avoir fréquemment de contacts avec d’autres membres du fait de l’éloignement géographique ou d’autres contraintes.

L’adhésion

Quiconque désire rejoindre le PCR comme membre le fait en écrivant une demande d’adhésion individuelle auprès d’un membre du Parti qu’il a rencontré ou en l’envoyant à l’un des moyens officiels de communication de l’organisation. Dans le cas d’une demande d’adhésion, celle-ci étant individuelle par définition, faite par un groupe de personnes, le groupe en question sera informé des modalités de l’adhésion de ses membres. Cette lettre doit contenir:

  • la demande formelle de devenir membre;
  • une déclaration formelle que la personne candidate s’engage à respecter la discipline du Parti;
  • une biographie générale (historique familial, scolarité, expériences politiques, etc.);
  • des informations générales (lieu de travail, lieu de fréquentation scolaire, problèmes avec la police, salaire hebdomadaire, problèmes physiques ou de santé mentale, dépendances);
  • les motivations pour joindre le PCR et la compréhension générale de la ligne du Parti et de ses statuts.

La personne candidate-membre sera suivie par deux membres du Parti pendant au moins six mois. En tant que stagiaire, la personne candidate-membre n’a pas le droit de vote dans les instances du Parti ni ne peut être élue à quelconque poste, mais bénéficie de tous les autres droits et se doit de respecter ses devoirs. Les membres en charge de la personne stagiaire l’informeront du progrès de sa candidature jusqu’à la décision finale. Comme membre du PCR, la personne stagiaire se doit de défendre les positions du Parti, s’acquitter de ses cotisations au Parti selon les modalités convenues avec les personnes ressources et réaliser les tâches générales des membres ainsi que les tâches particulières qui lui sont assignées par le Parti.

Qu’est-ce qu’un comité d’organisation?

Quand il est impossible de réunir dans une région suffisamment de membres du PCR pour former une cellule fonctionnelle, la structure de base de notre organisation, l’organe qui représente le Parti est le comité d’organisation. Ce comité n’exige pas immédiatement à chaque participantE de faire une demande d’adhésion; la participation se fait sur la base de la sympathie avec les politiques du PCR et de la volonté de rapprochement. Par contre, l’objectif avoué est d’obtenir suffisamment de membres dans une région pour former une cellule. Lorsque cela se produit, le comité est dissout, les stagiaires sont intégréEs à la cellule et les sympathisantEs doivent s’organiser selon les recommandations de la nouvelle cellule. Afin de former un comité d’organisation, au moins unE sympathisantE doit en faire la demande formelle au Parti.

Le comité d’organisation participe au mieux de ses capacités à la vie politique du Parti selon les bornes qui lui sont confiées et est responsable de lui-même, c’est-à-dire que toutes les personnes participant au comité ont le droit de vote sur les décisions que le comité prend pour lui-même, sans pour autant pouvoir voter sur les décisions que prend le Parti. Chaque membre du comité peut se garder un droit de réserve, un droit à avoir une opinion différente des décisions du Parti et de soumettre son opinion à la discussion, mais cette personne se doit d’appliquer en entier les résolutions du PCR lorsqu’elle agit en son nom. Le comité devra élire unE secrétaire, en privilégiant d’abord les membres du Parti, puis les stagiaires, qui fera des rapports de tout ce que le comité fait à une personne attitrée par le Parti et qui fera office de lien politique avec le comité. La personne secrétaire dirige l’ensemble de l’activité du comité et s’assure que les tâches soient faites.

Le comité d’organisation, en tant que structure du PCR, est une instance d’organisation de la révolution. Pour que celle-ci se produise, il faut la préparer, remplir les tâches qui sont nécessaires pour la réaliser. Ces tâches indissociables les unes des autres et se supportant mutuellement, tâches qu’il faudra toutes s’approprier, n’apparaissent pas de nulle part: elles sont le produit de 200 ans d’histoire du prolétariat en lutte synthétisées dans la science marxiste-léniniste-maoïste. Cette synthèse qui forme notre ligne politique est le guide de notre pratique révolutionnaire. Soulignons ici qu’un des fondements de cette science est ce que l’on appelle «la conception matérialiste de l’histoire» (vulgairement: matérialisme historique). En bref, pour bien saisir l’essence de ce que cela veut dire, citons Karl Marx: «Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, l’important, c’est de le transformer.» Le transformer et savoir comment le transformer, tel est l’enjeu.

Les listes et l’enquête révolutionnaire

Une des tâches fondamentales que doit remplir le comité d’organisation est d’établir des listes qui vont organiser les différents aspects de la vie du prolétariat de sa région et qui vont être la base sur laquelle va pouvoir se développer le travail de propagande du comité. En ce sens, voici une série de sujets de listes:

  • actions et luttes militantes dans la région;
  • mouvements et organisations populaires;
  • quartiers prolétariens et de logement social (HLM et coopératives d’habitation);
  • écoles de la région (en privilégiant d’abord les écoles secondaires, puis les cégeps, puis les universités);
  • endroits très fréquentés par le prolétariat (coins de rues, tavernes, cafés, parcs, garderies, buanderies, usines et autres lieux de travail prolétarien, etc.);
  • amiEs et contacts sympathiques à la révolution ou qui manifestent une conception spontanée de la lutte des classes;
  • les ennemis du communisme (cela permet de les cibler dans notre propagande pour clairement identifier au prolétariat ses ennemis);
  • lieux de dépôts de journaux gratuits et d’affichage public;
  • toutes autres choses pertinentes qui peuvent aider à organiser.

En donnant une idée de ce à quoi ressemble la vie prolétarienne dans la région ciblée, ces listes vont permettre au comité d’organisation et au Parti de savoir où se trouvent les gens que l’on peut mobiliser dans le mouvement communiste. Une liste est une chose vivante, qui se précise, qui évolue; des séries de notes bien structurées qui donnent une vision d’ensemble du territoire que l’on désire mobiliser et qui permettent d’aider à rendre la mobilisation efficace. Elles forment la base de ce que l’on appelle «l’enquête révolutionnaire», la recherche d’informations qui nous permettent de mieux se connaître soi-même afin de changer cette réalité. C’est en militant pour la révolution, en se mêlant de plus en plus à tous les aspects de la vie prolétarienne, que l’on arrive à faire de l’enquête, à dégager ce qui est utile de l’inutile, ce qui est désirable de l’indésirable. Plus la mobilisation sera forte, plus ces connaissances seront vitales, mais aussi plus elles seront exactes. En ce sens, il est inutile de «vouloir tout savoir» avant d’agir; c’est en agissant que l’on va découvrir et apprendre. Individuellement, en tant que prolétaires, nous connaissons déjà des choses qui nous concernent; il ne suffit que de les affiner par une meilleure pratique. Il faut simplement commencer avec ce qui nous est familier et ensuite prendre des notes à mesure que les informations s’accumuleront durant le travail politique.

La propagande

Avec les éléments ciblés dans les listes, il est possible de se fixer des objectifs et des tactiques pour mobiliser le prolétariat en utilisant la propagande appropriée. Toute la propagande vise à mobiliser les masses au sein et autour du Parti, ce qui fait augmenter ce que l’on appelle le rayonnement du Parti, son influence. Tout parti communiste qui mérite ce nom utilise judicieusement des formes légales du travail politique et des formes illégales du travail politique afin de pleinement pouvoir réaliser ses objectifs de classe, fondamentalement opposés à ceux de la bourgeoisie. De plus, toutes les formes de propagande sont indissociables et forment un tout. Il existe diverses formes de propagande, mais le comité d’organisation devra surtout s’efforcer de développer les deux formes suivantes:

La propagande politique générale

C’est toute l’activité qui explique les positions du Parti et qui en fait sa promotion. Cette propagande agite les masses à l’action grâce à la communication écrite et verbale, par le document et le slogan; elle répand les mots d’ordres d’organisation et nos perspectives. Pour le comité d’organisation, les quatre outils avec lesquelles il doit se familiariser et utiliser sont:

  • Le Partisan: un journal d’information bimensuel, gratuit et bilingue qui fait un court état des luttes prolétariennes au Canada et dans le monde. Il sert d’outil de contact principal pour marquer la présence du Parti et pour aborder les travailleuses et les travailleurs.
  • Le Drapeau rouge: un journal politique publié aux deux mois qui met de l’avant les perspectives du Parti. Chaque exemplaire se vend à 2$ et sert à financer le Parti. Un abonnement annuel de 20$ incluant les frais de poste est offert. Sert aussi à aborder directement les gens.
  • Le site Internet du Parti: contient le Programme, les nouvelles récentes et les archives des communications publiques du Parti ainsi que de ses organisations sœurs et de ses fronts. Il offre un aperçu clair de toute l’activité publique du Parti et de ses perspectives.
  • L’affichage: marque de façon (semi) permanente l’environnement de l’influence du Parti.

L’action révolutionnaire parmi les masses (ARM)

Ce type de propagande vise à démontrer le potentiel révolutionnaire des luttes justes du prolétariat, à démontrer l’unité entre le Parti et les masses en lutte ainsi qu’à faire la démonstration du leadership du Parti comme organisateur de la lutte révolutionnaire. En ce sens, les membres du comité d’organisation doivent participer aux manifestations, aux grèves, aux occupations, aux émeutes et autres actions de masse sous les couleurs du Parti et en mettant de l’avant ses politiques, ses perspectives et son style de travail d’organisation.

La formation politique des membres du comité d’organisation

Rappelons ici que l’objectif du comité d’organisation est le ralliement de nouvelles forces pour le Parti. Il faut non seulement stimuler le désir de combat des masses, mais surtout rassembler les meilleures personnes, l’avant-garde, pour les amener à travailler pour le communisme. On commence à travailler avec les gens les plus conscients des contradictions entre les classes sociales, puis on travaille sur les moins conscients. À un certain point, nous serons assez forts pour faire des poussées révolutionnaires qui mobiliseront de plus en plus de gens. La lutte pour le communisme effectue des développements qualitatifs et quantitatifs par sauts et par bonds, c’est-à-dire que lorsque l’on atteint des objectifs que l’on s’est donné, cela met la table pour que nous puissions nous donner des objectifs encore plus grands.

Pour le comité d’organisation, la première étape de ce développement par sauts et bonds est de cibler les éléments d’avant-garde dans sa région et de les former pour en faire des leaders révolutionnaires capables d’organiser la révolution. À cette fin, le comité d’organisation aura à s’approprier trois outils qui constitueront les premières étapes de sa formation politique communiste:

  • la collection des Premiers pas avec le PCR;
  • notre journal, le Drapeau rouge; et surtout
  • le Programme commenté du PCR.

Afin de faire une progression régulière dans la formation des membres du comité d’organisation, au minimum une réunion de trois heures aux deux semaines doit être consacrée à l’étude et la discussion des documents mentionnés précédemment. De ces documents, le Programme est celui qui est vital car il s’agit de l’analyse synthétisée de la situation du prolétariat canadien et du plan de bataille pour faire la révolution au Canada. En ce sens, c’est ce document qui doit être le mieux compris, le plus étudié, le plus discuté, le plus propagé. Le Parti recommande d’étudier un chapitre du Programme à la fois et les commentaires de ce chapitre (les questions et réponses que l’on retrouve dans le document du Programme destiné aux comités d’organisation). Le Programme, c’est aussi la base d’unité au sein du Parti communiste révolutionnaire, le document avec lequel nous devons être généralement en accord pour être membre, pour que le Parti puisse exister et la révolution triompher.

Conclusion

Camarades, vous êtes maintenant arméEs des bases essentielles du travail politique du Parti communiste révolutionnaire. Nous tenons à souligner que notre arme la plus dangereuse contre la bourgeoisie est notre intelligence, notre science marxiste-léniniste-maoïste. Maîtriser le marxisme-léninisme-maoïsme, c’est être arméE de la connaissance des moyens de transformer le monde. Grâce à elle, la victoire ne peut qu’être inéluctable si celle-ci est rigoureusement appliquée avec discipline révolutionnaire.

Version PDF (à imprimer format brochure).

e p D T F s