Partisan
DANS LES PAGES DU JOURNAL PARTISAN - ÉDITION DU QUÉBEC:

Les 50 ans de Naxalbari: le monde entier est illuminé par les flammes de la guerre populaire indienne!

«Aller à l’ennemi est nécessaire pour conquérir une conscience totale de soi-même. Et cela ne peut être obtenu qu’avec le sang des martyrs. Qui inspire et crée de nouveaux êtres humains issus des combattants, qui les emplit de haine de classe et les fait aller à l’ennemi et prendre son arme les mains nues… L’anéantissement de la classe ennemie – cette arme entre nos mains – est le plus grand danger pour les réactionnaires et les révisionnistes du monde entier…»

– Charu Mazumdar


En Inde, cette année marque le 50e anniversaire du soulèvement historique de Naxalbari, une puissante rébellion armée de la paysannerie dans l’État du Bengale-Occidental au printemps de 1967, qui parvint pendant quelque temps à établir des zones libérées de l’impérialisme et ses laquais. Cette révolte s’avère importante non seulement de par ses revendications progressistes et son aspect militaire, mais aussi dans la mesure où elle correspond à un bond historique du mouvement communiste indien. Ce même mouvement communiste s’est développé pour devenir aujourd’hui le Parti communiste de l’Inde (maoïste), dont les forces sont communément appelées les «naxalites». Les naxalites mènent sans relâche une guerre populaire pour l’émancipation de la paysannerie indienne, des peuples autochtones du sous-continent, ainsi que de la classe ouvrière.

En effet, quelques années avant le soulèvement de Naxalbari, des communistes révolutionnaires indiens dont Charu Mazumdar et des fractions dissidentes du Parti communiste de l’Inde ont consolidé leur analyse. Ils considéraient avec raison que la soi-disant indépendance de l’Inde face au colonialisme britannique n’avait été que de la poudre aux yeux des masses populaires et que le pays demeurait semi-colonial et semi-féodal. C’est donc contre les ordres de la direction révisionniste de leur parti que ces militants s’étaient lancés dans la véritable tâche prolétarienne découlant de leur analyse, qui était de s’immiscer dans les masses paysannes et y préparer la guerre révolutionnaire.0000

Cette voie les amène à Naxalbari, dont le soulèvement, telle une étincelle mettant le feu à toute la plaine, inspire six années de grands soulèvements paysans dans plusieurs États de l’Inde qui se rallient à l’exemple donné par les naxalites.

C’est ainsi que sont posées les premières pierres de ce qui est aujourd’hui devenu l’édifice du mouvement naxalite. À travers 50 ans de luttes, les masses indiennes se sont dotées d’un parti, d’une armée de guérilla de libération populaire et d’un front uni d’organisations populaires provenant de plusieurs secteurs des masses.

Chaque avancée des forces maoïstes indiennes est une avancée pour les peuples du monde entier. Nous devons agir pour appuyer leur guerre populaire qui marche à grands pas vers la victoire, et nous devons étudier les leçons théoriques qu’elles ont tirées de la lutte. Les maoïstes indiens constituent une preuve matérielle de la révolution, et cette preuve exige de nous que nous forgions, ici au Canada, l’expérience, les capacités, et les forces pour mener le combat historique de la classe ouvrière. Elle exige qu’on braque nos armes sur l’ennemi de classe et qu’on se déploie dans les masses pour y préparer la guerre populaire.

Prolétaire! Inspire-toi du combat de tes frères et sœurs de classe en Inde! Prépare-toi à aller à l’ennemi!

e p D T F s