(Montréal, le 11 mars 2017) Il appert qu’un communiqué sera publié, dans les prochaines heures sinon les prochains jours, pour annoncer «l’expulsion» de quatre camarades membres de notre parti dans la région de Montréal, sous prétexte d’un incident survenu le samedi 4 mars à l’occasion du lancement d’un ouvrage à la Maison Norman Bethune, quand trois éléments hostiles, qui n’ont cessé de mener une activité fractionnelle basée sur la diffusion de rumeurs et de mensonges et se sont exclus eux-mêmes du parti, ont été invités à quitter les lieux.

Le district du Québec du Parti communiste révolutionnaire condamne et rejette avec la plus grande fermeté cette décision illégitime, qui origine d’une clique qui s’est donnée pour mission d’en finir avec les prétendues «vieilles idées», les conceptions, le programme et la pratique forgées à travers 30 années de lutte pour établir un centre prolétarien authentiquement et pleinement maoïste au Canada.

Cette décision est d’autant plus illégitime qu’elle intervient dans un contexte où le parti est traversé par une importante lutte de lignes depuis maintenant plusieurs mois, apparue au grand jour lors de son plus récent congrès. Cette lutte de lignes touche une variété de questions, dont la conception marxiste-léniniste-maoïste du travail de masse, de la ligne de masse et du féminisme prolétarien, qui ont trait en dernière analyse aux conceptions stratégiques qui sont celles du PCR à propos de la centralité ouvrière, de l’action révolutionnaire dans un pays impérialiste comme le Canada et de la stratégie de la guerre populaire prolongée.

La «rupture» ouvertement souhaitée par la clique antiparti et ses supporters, c’est précisément une rupture avec ces conceptions et le retour à une ligne pragmatiste, qui abandonne toute initiative politique à l’ennemi et aux aléas du mouvement spontané et ouvre toute grande la porte aux points de vue révisionnistes et démocratiques bourgeois. L’«expulsion» de quatre camarades connuEs pour leur dévouement militant et leur défense éloquente du programme du parti, alors même que le débat est ouvert et censé se poursuivre au cours des prochains mois, témoigne de l’absence totale de principes des supporters de cette clique.

Conscient de sa responsabilité historique et déterminé à défendre l’intégrité du parti et de son programme, le district du Québec du PCR a donc rétabli les quatre camarades dans leurs pleins droits et pris les dispositions pour assurer la continuité de son travail, appliquer les décisions et les plans adoptés par son congrès et mettre fin aux activités fractionnelles et aux provocations ayant pour but d’affaiblir le programme du parti, de miner sa cohésion et d’écarter les militantes et militants qui ont été et sont au cœur de sa construction et de son développement idéologique, politique et organisationnel.

Dans les prochains jours et les prochaines semaines, des textes et contributions variées seront rendus publics, notamment sur le site Web pcr-rcp.ca et d’autres plateformes, qui permettront aux camarades de tout le pays, aux militantes et militants dédiéEs à la cause du communisme et aux partis et organisations maoïstes fraternels de prendre la mesure du débat, de s’en approprier les enjeux et de se joindre au combat pour incarner et matérialiser le maoïsme et les conceptions stratégiques qui en constituent le fondement.

Le district du Québec du PCR appelle l’ensemble des camarades du parti à s’unir autour de son programme, de ses orientations stratégiques, de ses plans et des décisions prises par son congrès depuis la fondation du parti il y a 10 ans. Alors que la bourgeoisie a déjà commencé à «célébrer» le 100e anniversaire de la glorieuse révolution d’Octobre en attaquant le communisme et l’idée même de la conquête du pouvoir par les masses prolétariennes, relevons le défi avec toute l’audace et la détermination qui caractérisent les prolétaires révolutionnaires! Déployons et faisons rayonner la propagande et l’action du parti partout et dans toutes les sections du peuple! Mobilisons-nous pour faire un succès du 1er Mai révolutionnaire – ce glorieux 1er Mai, qui n’est pas autre chose qu’une journée de lutte et de solidarité de notre classe, unie contre la bourgeoisie! Au combat, camarades!

e p D T F s