Communiqués
Côte-des-Neiges

Marche vers le 1er Mai révolutionnaire

Le samedi 8 avril dernier, quelques dizaines de nos militantEs et sympathisantEs ont pris la rue et ont marché dans le quartier Côte-des-Neiges – un des quartiers les plus pauvres au Canada – en brandissant le drapeau rouge et en scandant des slogans révolutionnaires. L’objectif était d’inviter les prolétaires du coin à venir manifester dans le centre-ville de Montréal le 1er mai prochain, à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses. Des tracts expliquant la raison d’être du 1er Mai et de la manifestation anticapitaliste ont été distribués tout au long de notre trajet. Notre défilé s’est terminé devant le centre d’achats Plaza Côte-des-neiges, où nous avons prononcé un discours pour les travailleurs et les travailleuses qui faisaient leurs courses cette journée-là, les conviant à venir grossir les rangs de notre contingent rouge le 1er mai. Nous avons aussi profité de cette action pour capter des images qui ont servi à réaliser une courte vidéo d’agitation – qui circule déjà depuis quelques jours – invitant les gens à se rassembler au Square Phillips à 18h00 pour le départ de la manifestation.

Un seul mot d’ordre: tout le pouvoir au prolétariat! En avant vers un 1er mai révolutionnaire!

–> Voir l’album photos.

* * *

«Camarades ouvriers et ouvrières!

Dans 23 jours, ce sera le 1er Mai, la journée internationale de lutte des travailleurs et des travailleuses. À l’occasion de cette journée, depuis plus de 125 ans, les prolétaires prennent la rue partout dans le monde pour démontrer la force et l’unité de leur classe à leurs exploiteurs capitalistes, pour célébrer leurs victoires passées et à venir, et surtout pour mettre à l’ordre du jour leur émancipation générale. Le 1er Mai révolutionnaire, c’est la journée où nous appelons tous les prolétaires de la région de Montréal à venir manifester leur rage contre le système capitaliste dans le centre-ville!

La tâche principale de la période actuelle c’est d’accumuler des forces: c’est de constater l’aspiration des masses pour le socialisme et d’en faire une chose concrète; une chose audible par ses slogans et ses mots d’ordre; une chose visible par la mer de drapeaux rouges qui défilent au centre-ville; une chose tangible lorsqu’elle soude ensemble les prolétaires communistes pour harceler l’ennemi, ses lâches valets policiers et sa propriété immobilière. Une chose qui nomme les problèmes et qui nomme des solutions, et qui vient exhorter tout le prolétariat à se grouper autour du drapeau rouge et à se préparer pour l’affrontement contre l’ennemi de classe.

Cette chose-là est incarnée par la stratégie de la guerre populaire prolongée et par l’idéologie marxiste-léniniste-maoïste et c’est ce qui inspire les camarades du PCR qui dirigeront le contingent rouge lors de la manifestation anticapitaliste du 1er Mai. Il faut viser non pas à ce que la manifestation se fasse dans un calme cynique ou dans la revendication purement festive propre aux réformistes qui tentent de pacifier la classe ouvrière. Fêtons la lutte, oui d’accord − toutefois faut-il avoir gagné quelque chose pour que nous puissions la fêter! Chaque victoire des réformistes dans un enjeu donné est aussitôt compensée par une défaite ailleurs. Voilà pourquoi la manifestation doit être la plus offensive possible, sans qu’il n’y ait aucune perte pour nos forces. Voilà pourquoi elle doit faire du centre-ville, aussi passagèrement que le temps d’une soirée, une zone affranchie du contrôle de l’État capitaliste et donc une zone où pourront se faire entendre les balbutiements du pouvoir prolétarien, du nouveau monde qui balayera les impérialistes et qui en finira avec toute forme d’exploitation et d’oppression.

C’est le fait de cette nécessité d’une victoire partielle du peuple contre l’État, cette urgence d’aller de l’avant en percevant des victoires de plus en plus grandes, qui fait que nous soyons tous et toutes réuniEs ici aujourd’hui. Nous parlons bien de victoire partielle − il n’y a certainement jamais eu de musicien qui ait appris à faire une chanson au complet sans en avoir d’abord appris, un par un, les accords.

En cette année 2017, célébrons le centenaire de l’expérience de la révolution bolchévique, la première fois que la classe ouvrière a pris le pouvoir et qu’elle a réussi à le garder pendant une période significative. Rappelons-nous de tous les gains que cette expérience a apportés à la classe ouvrière internationale, et inspirons-nous en dans l’action que nous menons!

Toujours dans cette idée d’accumulation de forces, d’élévation progressive de la puissance de frappe des forces révolutionnaires, nous devons nous rappeler que les flammes de la révolution bolchévique auront pris deux ans pour illuminer le mouvement ouvrier canadien et provoquer le soulèvement historique que fut la grève générale de Winnipeg en 1919. C’est pourquoi nous visons à faire de chaque 1er Mai jusqu’au 1er Mai 2019, une journée d’action révolutionnaire de plus en plus massive, pour culminer en 2019 avec un soulèvement dans plusieurs villes canadiennes et qui relèvera à un niveau qualitativement supérieur la question du pouvoir prolétarien.

Camarades ouvriers et ouvrières! Le 1er Mai, venez exprimer votre solidarité aux prolétaires de tous les pays. Regroupez-vous au centre-ville de Montréal pour mettre de l’avant les intérêts fondamentaux de notre classe, pour accumuler des forces et pour construire un camp révolutionnaire à la hauteur de la violence qui s’abat sur nous quotidiennement! Prolétaires de Côte-des-neiges, joignez-vous au contingent rouge du Parti communiste révolutionnaire dans la manifestation anticapitaliste du 1er mai!

Que des centaines d’ouvriers et d’ouvrières déferlent vers le centre financier et commercial de Montréal le 1er Mai!

Que leurs bannières et leurs drapeaux rouges mettent en déroute les forces policières qui font régner l’ordre capitaliste!

Que les intérêts bourgeois et impérialistes soient ciblés!

Vive la classe ouvrière internationale! Vive le 1er Mai révolutionnaire!

Vive le PCR!»

e p D T F s