Partisan №63
100E ANNIVERSAIRE DE LA RÉVOLUTION D’OCTOBRE

Une grande victoire du prolétariat mondial!

Le 7 novembre 1917 a eu lieu un événement marquant pour le prolétariat mondial: la révolution d’Octobre [1] – la première révolution menée par des ouvriers, des ouvrières, des paysans pauvres et des soldats issus du milieu populaire – triomphait en Russie. Un siècle plus tard, la simple évocation de cette révolution et la mention du nom de celui qui l’a dirigée, Vladimir Ilitch Oulianov – mieux connu sous le nom de Lénine – suffit à faire enrager les défenseurs de l’ordre établi.

Malgré le contexte difficile dans lequel elle a eu lieu, dans un pays pauvre et au sortir d’une sale guerre dévastatrice, la révolution d’Octobre a représenté un immense progrès pour les masses prolétariennes et paysannes de Russie. Elle est rapidement devenue un espoir, une sorte de phare pour le prolétariat et les peuples opprimés sous le joug du système impérialiste mondial.

La révolution d’Octobre a placé la bourgeoisie internationale sur la défensive. Elle l’a forcée à faire des concessions, pour éviter que l’étincelle allumée par Octobre l’embrase à son tour. Attaquée de toutes parts, elle s’est défendue avec succès, quoiqu’au prix de bien des souffrances.

La révolution d’Octobre en a inspiré d’autres. Son exemple, et celui de la période de construction du socialisme qui l’a suivie, ont contribué au triomphe de la révolution chinoise en 1949. Les communistes de Chine ont appris de l’expérience soviétique qu’il leur fallait poursuivre la révolution au cœur même de la société socialiste, contre la nouvelle bourgeoisie qui se développe au sein du parti et de l’appareil d’État.

Quand l’Union soviétique s’est effondrée en 1991, la bourgeoisie occidentale a pavoisé, allant même jusqu’à annoncer la «fin de l’histoire» et le triomphe définitif du capitalisme. Mais le prolétariat et les peuples opprimés n’avaient pas dit leur dernier mot. Au fil de leurs luttes et de leur résistance sont apparues de nouvelles révolutions, au Pérou, au Népal, en Inde, aux Philippines et ailleurs.

Depuis 20 ans, le capitalisme n’a su produire qu’une succession de guerres injustes et un approfondissement de la pauvreté et de la misère pour la vaste majorité des personnes qui habitent la planète. La profonde crise qu’il traverse actuellement menace les conditions d’existence de centaines de millions de gens, y compris dans plusieurs pays que l’on dit «développés», où la bourgeoisie avait pu jusqu’à maintenant utiliser les surprofits tirés de l’exploitation des pays dominés pour donner l’illusion d’une certaine «prospérité».

Il y a 100 ans, la révolution d’Octobre a représenté l’espoir d’un monde affranchi de toute forme d’oppression et d’exploitation, basé sur la coopération de tous les producteurs au service du bien commun. Aujourd’hui, cet espoir est plus criant que jamais: le communisme abolira la société bourgeoise et libérera l’humanité entière!

[1] On parle de révolution d’Octobre parce que selon le calendrier de l’Église orthodoxe avec lequel fonctionnait la Russie de l’époque, le 24 octobre correspondait au 7 novembre du calendrier admis en Occident.
e p D T F s