Transformer la société de fond en comble jusqu’à ce que le monde change de base est un défi que seule la classe ouvrière est capable de relever. Ce défi, c’est le socialisme.

Dans la société actuelle, le pouvoir créateur du prolétariat est enchaîné. De quelle liberté peut-on parler lorsque la majorité salariée n’a même pas un mot à dire sur son propre travail? La démocratie sera toujours une illusion aussi longtemps que ceux qui travaillent ne pourront pas décider à quoi sert leur propre travail et comment leur propre travail est organisé. La lutte pour le socialisme consiste à rendre concret et tangible ce qui sera toujours une utopie sous le capitalisme.

Le but principal du socialisme est d’organiser démocratiquement le travail autour des besoins réels des hommes et des femmes. Cette démocratie s’incarnera dans un nouvel État, basé sur les conseils révolutionnaires. Cet État sera l’instrument de la dictature ouvrière sur la bourgeoisie et de la consolidation du nouveau pouvoir prolétarien. Les conseils révolutionnaires détermineront et implanteront toutes les mesures nécessaires à l’établissement et au développement du socialisme.

Voici quelques tâches et quelques mesures que le prolétariat révolutionnaire devra accomplir et mettre en place afin de déchaîner les forces qui révolutionneront tous les domaines de la société, une fois que la classe dominante sera renversée.

Expropriation de la grande bourgeoisie, des banques, des grandes industries et des réseaux de communication. Annulation des hypothèques et de toutes les dettes. Transformation du patrimoine financier (pensions, épargnes, etc.) en épargne ne produisant pas d’intérêts, que les titulaires pourront utiliser comme revenu complémentaire; dissolution des fonds d’investissement et de capital, y compris les anciens fonds gérés par des syndicats.

Collectivisation des principaux moyens de production et développement de la propriété sociale. Nationalisation des richesses immobilières et mobilières, de la terre, du sous-sol et des eaux. Protection de la propriété individuelle des travailleurs et travailleuses autonomes tout en gardant la propriété collective comme objectif; soutien à l’application des technologies les plus avancées, les plus sûres, les plus propres et les plus productives; commandes et fournitures planifiées et assurance des débouchés; transformation graduelle et volontaire des entreprises individuelles et familiales en coopératives de production et de distribution, puis transformation de ces coopératives en propriété collective.

Organisation ouvrière de l’économie et planification de la production. Instauration d’une direction composée de députés ouvrierEs, au sein de conseils révolutionnaires mixtes, qui agiront pour satisfaire les besoins collectifs et servir la révolution mondiale. Formation à la vie politique des travailleuses et des travailleurs afin d’assurer le remplacement périodique des dirigeantEs. Gestion des entreprises selon un plan national et des plans locaux qui assignent les tâches à accomplir, allouent les ressources et déterminent la destination des produits. Réduction constante et progressive des écarts salariaux jusqu’à leur complète élimination, entre travailleurs et travailleuses manuelLEs et intellectuelLEs, hommes et femmes, dirigeantEs et dirigéEs etc. Obligation pour tous et toutes d’effectuer un travail socialement utile, y compris les dirigeantEs du parti, sauf ceux et celles reconnuEs inaptes; collectivisation du travail domestique (cantines, buanderies, entretien domestique, etc.); détermination du revenu individuel par le collectif de travailleurs et de travailleuses, en fonction de la quantité et la qualité du travail effectué; allocation universelle pour tous ceux et celles qui ne peuvent effectuer un travail socialement utile.

Élection et révocabilité des représentantEs et des fonctionnaires, des officierEs de justice, de l’administration publique, des dirigeantEs des forces armées et des milices. Réduction des traitements de touTEs les fonctionnaires au niveau du salaire ouvrier moyen.

Armement général du peuple, désarmement total de la bourgeoisie, de sa police et de son armée. Annulation de tous les traités militaires, politiques et commerciaux signés par l’ancien régime, y compris ceux qui maintiennent l’oppression des nations autochtones; expulsion des diplomates, représentantEs officielLEs et agentEs d’autres États qui ne respectent pas les dispositions prises par les autorités révolutionnaires, qui cherchent à influencer les masses et/ou dont la présence n’est plus nécessaire; soutien actif, politique et matériel, aux organisations révolutionnaires du prolétariat et aux mouvements de libération qui luttent contre la domination impérialiste. Développement d’échanges économiques avec les autres pays sur la base de l’intérêt réciproque et du respect de l’indépendance mutuelle; fin immédiate de l’occupation des territoires autochtones; développement de relations fraternelles avec les autres pays socialistes.

Pourtant tout cela n’est qu’un départ. Tout cela doit être concrétisé de la manière la plus vigilante. Chaque étape exigera une lutte politique soutenue. La classe ouvrière devra toujours opposer la plus grande unité possible contre ses adversaires. Cette unité se réalisera dans l’action du parti d’avant-garde jusqu’à ce que les antagonismes sociaux s’éteignent.

L’entièreté des mesures immédiates du Parti communiste révolutionnaire se trouve au chapitre 9 de notre programme «Notre objectif: le communisme». Ce chapitre se trouve à l’adresse suivante sur le site web du parti: http://www.pcr-rcp.ca/fr/2437

e p D T F s