Évènements
TOUS ET TOUTES À L’ASSEMBLÉE ÉTUDIANTE RÉVOLUTIONNAIRE!

2017, c’est le renouveau d’un espoir: le communisme

2017, c’est le renouveau d’un espoir: le communisme

C’est la renaissance d’une perspective longtemps perdue et trainée dans la boue par ceux et celles qui profitent de ce monde dégueulasse: la perspective d’une transformation radicale de la société, de l’abolition du capitalisme et des rapports marchands – la perspective d’une société sans classes et donc sans État, celle de la construction d’une société communiste basée sur les besoins de chacun et non sur la nécessité de faire du profit.

Nous, les étudiant.es révolutionnaires, refusons les compromis pourris avec des gouvernements vendus au capitalisme; nous dénonçons l’exploitation, les guerres impérialistes et l’oppression canadienne contre les autochtones; nous voulons que la richesse et les moyens de production appartiennent au peuple tout entier; nous voulons être totalement impliqué.es politiquement, socialement et culturellement dans toutes les décisions qui touchent nos vies, celles de nos familles et de nos ami.es. Bref, nous voulons renverser le système tout entier, pour établir une société communiste, une société débarrassée du capitalisme, de ses oppressions et de ses maux.

Qu’est-ce qu’il faut pour y arriver? Les bourgeois ne laisseront jamais leur place sans être combattus; ce n’est pas en votant une fois aux quatre ans qu’on trouvera un premier ministre qui abolit le capitalisme. Quand avez-vous vu les élections changer quoi que ce soit, provoquer autre chose qu’une dégradation de nos vies? Le Canada est un pays impérialiste: c’est le fondement de son existence, le fond de commerce de sa bourgeoisie. Comment penser un quelconque changement si on laisse les porcs diriger nos vies? Les pays impérialistes, desquels nous faisons partie, dominent le monde: il nous faut des perspectives d’action pour en ébranler le centre. C’est pour ça que nous parlons de Révolution.

Pour que la Révolution ne reste pas une bonne parole ou un rêve creux, il faut prendre les moyens pour la réaliser, c’est-à-dire s’organiser. S’organiser en tant que révolutionnaires, sans concessions.

D’une part, cela signifie, pour nous étudiant.es, d’aligner nos luttes avec celles des travailleurs et travailleuses – de sortir de nos polyvalentes, de nos cégeps et de nos universités, d’aller dans les quartiers populaires, les ateliers, les usines, les grandes surfaces – de créer des comités de soutien aux grèves, de participer aux piquetages, de s’intéresser aux questions du logement, de l’alimentation, de financer via nos associations étudiantes les diverses luttes populaires. Bref, c’est contribuer à l’irruption de la lutte de classe dans l’univers politique étudiant.

D’autre part, c’est aussi de s’intéresser au rôle de l’éducation et de l’école, le plus grand système de reproduction de la société capitaliste des pays impérialistes. D’avoir un regard intransigeant face à l’idéologie bourgeoise disciplinaire qu’on nous rentre dans la gorge, du primaire au secondaire dans les écoles-prisons, et sur notre propre trajectoire dans la société de classe capitaliste lorsqu’on entre au cégep ou à l’université. De retourner les armes intellectuelles et techniques que nous fournit la bourgeoisie contre elle, d’user des savoirs, des connaissances, des ressources et des moyens techniques à notre disposition pour les mettre au service de la Révolution – pour étouffer, dans l’œuf, la reproduction des rapports sociaux capitalistes qu’elle permet.

Bref, pour faire la Révolution, il ne s’agit pas de quelques conférences dans quelques universités, il ne s’agit pas de se ranger en paroles du côté des insurgés, mais de s’y joindre. Il faut sortir du paradigme de la résistance aux méfaits du capitalisme pour entrer dans celui, offensif, de la lutte; sortir du réformisme avec son horizon vague d’une «révolution» et commencer tout de suite à bâtir le pouvoir du peuple. Construisons quelque chose de nouveau. C’est ce que nous, les étudiant.es communistes, proposons.

L’Assemblée Révolutionnaire Étudiante, c’est une partie de ce travail-là. L’assemblée que le MER-PCR organise vise à réunir toutes celles et ceux qui, depuis les polyvalentes, les cégeps et les universités, voient les horreurs du monde capitaliste et veulent s’organiser pour y mettre un terme. Dans une perspective anti-impérialiste, anti réformiste et communiste, nous cherchons à forger et renforcer nos armes contre la bourgeoisie. L’année n’est pas finie, et déjà, milles et unes actions ont été déployées pour propager le mot d’ordre révolutionnaire.

L’Assemblée Étudiante Révolutionnaire, c’est l’occasion pour nous, les étudiant.es, de rassembler nos forces, de mettre en pratique nos idées, d’instaurer un nouveau cycle de lutte; c’est l’occasion pour nous de mettre la main à la pâte pour la Révolution, pour l’instauration d’un monde communiste, par tous les moyens nécessaires.


Assemblée étudiante révolutionnaire
Vendredi 1er décembre à 19h00
Maison Norman Bethune
9697, boul. Saint-Laurent, 3e étage
Montréal

–> Événement Facebook.

e p D T F s