Le 28 janvier prochain marquera le 12e anniversaire du Parti communiste révolutionnaire (PCR). À cette occasion, le Parti tiendra un important rassemblement politique auquel sont conviés l’ensemble de ses sympathisants et sympathisantes ainsi que toutes les personnes désireuses de se joindre à la lutte révolutionnaire pour renverser le pouvoir de la bourgeoisie canadienne et mettre fin au capitalisme. L’événement aura lieu à 19h00 à la Maison Norman Bethune, au 9697, boul. Saint-Laurent, local 303 (3e étage), à Montréal. Lors du rassemblement, le Parti présentera un bilan de la dernière année de lutte et du chemin parcouru dans la reconstruction du camp de la révolution prolétarienne au Canada. Le rassemblement servira aussi – et surtout – à préparer politiquement les militants et les militantes de notre mouvement pour les batailles importantes à venir dans les prochains mois.

L’an dernier, lors du 11e anniversaire de notre Parti, nous avons lancé une campagne de grande envergure vers le 1er mai 2019 sous le mot d’ordre «Luttons pour le socialisme et nos revendications». Cette offensive visait à déployer un intense effort de propagande et d’agitation vers les masses prolétariennes en général et vers la classe ouvrière en particulier, afin d’y propager l’idée selon laquelle le socialisme – comme transition vers le communisme – est la seule manière de répondre à l’ensemble des revendications justes du peuple et que la lutte pour l’établir constitue encore, à notre époque, la force motrice du développement social. La campagne devait permettre de rassembler des forces et de constituer un fort groupe d’ouvriers et d’ouvrières révolutionnaires afin de mener une puissante action contre la bourgeoisie canadienne le 1er mai 2019 pour commémorer politiquement le centenaire de l’héroïque Grève générale de Winnipeg de 1919. C’est donc la dernière séquence de cette longue campagne que nous nous apprêtons à entamer avec vigueur et détermination après l’anniversaire de notre Parti. Cette séquence de lutte sera jalonnée par la manifestation révolutionnaire du 8 mars pour la Journée internationale des femmes ouvrières à Montréal et culminera, comme prévu, avec une puissante manifestation le 1er mai dans le Golden Square Mile, le centre financier montréalais de la bourgeoisie impérialiste canadienne. Nous appelons tous les travailleurs et toutes les travailleuses qui seront en mesure de le faire à converger vers ces deux manifestations – en particulier à celle du 1er mai – pour venir exprimer dans l’action leur volonté de faire naître un monde nouveau, libéré de l’exploitation capitaliste. Afin de prendre part aux préparatifs en vue de ces événements et de faire partie de nos forces organisées dans la rue, soyez également présents et présentes à notre rassemblement politique le 28 janvier!

Une année remplie d’initiatives révolutionnaires

Beaucoup d’événements significatifs ont eu lieu depuis le coup d’envoi de notre campagne de longue haleine vers le 1er mai 2019. Durant la dernière année, nous avons poursuivi la reconstruction de notre Parti en multipliant les initiatives politiques contre la bourgeoisie et en continuant de mener notre lutte implacable contre l’opportunisme dans le mouvement maoïste canadien.

D’abord, nous avons mis sur pied et avons commencé à développer notre nouvel organe de propagande, l’ISKRA, nouveau journal électronique nommé à la gloire de Lénine et des Bolchéviks qui, au début du siècle dernier, ont lancé une grande initiative propagandiste, sous le mot d’ordre de la fusion du socialisme scientifique et du mouvement ouvrier, afin de remporter la victoire contre les partisans de l’économisme – ce courant de droite qui gangrenait à l’époque le mouvement social-démocrate en Russie. Cette victoire propagandiste, les Bolchéviks l’ont effectivement remportée grâce à l’ISKRA de Lénine. Nous comptons bien leur rendre hommage en remportant à notre tour la victoire contre les conceptions droitières qui minent aujourd’hui le mouvement révolutionnaire contemporain au Canada ainsi que dans les autres pays impérialistes, à l’instar de ce qui se déroulait au début du siècle dernier en Europe. Un an après sa création, l’ISKRA du PCR en est encore à faire ses premières armes. Il n’en tient qu’à nous de faire en sorte que le journal continue de croître et de se forger à même la lutte des classes. Partisans et partisanes du communisme, ouvriers et ouvrières révolutionnaires, prolétaires en lutte: envoyez vos correspondances au comité de rédaction de l’ISKRA!

Notre offensive propagandiste a également été marquée par la publication, au mois de juillet, du 10e numéro de notre revue théorique Arsenal. Dans ce numéro – le premier à sortir depuis notre scission avec les opportunistes du mouvement maoïste canadien en 2017 –, nous avons développé les notions fondamentales de formes objectives d’action révolutionnaire ainsi que de parti communiste complet, en plus d’approfondir notre critique des conceptions droitières défendues par la clique à la tête du faux PCR-RCP, notamment celles contenues dans l’Arsenal numéro 9, un document révisionniste que notre Parti a ouvertement et définitivement rejeté. Ainsi, nous avons poursuivi la polémique, nous avons continué de combattre la ligne bourgeoise au sein de notre mouvement et nous avons continué d’affronter ses défenseurs et ses propagateurs. Que ces derniers se le tiennent pour dit: nous allons continuer de le faire jusqu’à leur écrasement complet et définitif!

Le 8 mars dernier, nous avons, pour la première fois depuis la fondation de notre Parti, organisé et dirigé une manifestation de manière entièrement autonome pour la Journée internationale des femmes ouvrières. Près d’une centaine de personnes, dont un bon nombre de travailleuses et de prolétaires immigrantes, ont répondu à l’appel et sont descendues dans les rues du centre-ville de Montréal en brandissant le drapeau rouge sous nos mots d’ordre révolutionnaires. La direction pratique de la manifestation a été réalisée par un groupe opérateur composé de femmes. Ainsi, le 8 mars, nous avons rappelé avec nos slogans, nos discours, nos drapeaux et nos bannières rouges, l’origine prolétarienne, communiste, de cette journée depuis trop longtemps volée par la bourgeoisie. Nous avons réaffirmé dans l’action que les femmes de la classe ouvrière forment une composante indispensable du mouvement prolétarien, qu’elles doivent y jouer un rôle dirigeant et être à l’avant-plan de la lutte révolutionnaire.

Le 1er mai dernier, un affrontement important a eu lieu dans le quartier financier de la bourgeoisie à Montréal – le quartier que nous nommons le Golden Square Mile et que nous prenons d’assaut chaque année lors de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses. C’était la première fois depuis 2015 (l’année où nous avons instauré la tradition d’attaquer le Golden Square Mile chaque 1er mai) que la manifestation dans le centre-ville était organisée et dirigée entièrement par notre Parti, à contre-courant des forces «anticapitalistes» petites-bourgeoises ayant rejeté la perspective d’une manifestation combative, unifiée et avec un caractère de lutte de classes. En soi, ce fait témoigne d’un progrès et constitue une victoire pour le mouvement révolutionnaire : il atteste de la capacité grandissante de notre Parti à mobiliser sur ses propres bases, en même temps qu’il révèle plus clairement que jamais l’abandon de la classe laborieuse et des formes de lutte prolétariennes par le reste de l’extrême-gauche. Près de 200 manifestants et manifestantes ont défié l’impressionnant déploiement policier commandé par la bourgeoisie et ont pris la rue, à l’appel de notre Parti. La manifestation s’est terminée par une brève, mais dure charge contre la police anti-émeute qui bloquait le passage du contingent, montrant une fois de plus que les révolutionnaires maoïstes, contrairement aux opportunistes et aux réformistes, ne se contentent pas de bavarder et sont prêts à payer de leur personne pour faire progresser la lutte des classes. L’ampleur de la répression que la bourgeoisie a déployée cette année témoigne d’ailleurs de la crainte que suscite chez elle le fait de voir une manifestation organisée par des communistes gagner, chaque année, en intensité et en puissance. Il est clair que l’existence de ces événements dérange l’ordre bourgeois et constitue un fait de grande importance dans la lutte des classes au pays.

Au mois d’août dernier, nous avons initié une intense campagne de boycott des élections bourgeoises au Québec. Des milliers d’affiches ont été collées, des milliers de journaux et de tracts ont été distribués; du matériel électoral a été saboté; des actions d’agitation publiques ont eu lieu (déploiements de bannières, petites manifestations dans les quartiers prolétariens et industriels), des événements rassemblant des candidats bourgeois ont été perturbés; des conférences publiques sur la signification du boycott ont été données à Montréal et à Québec et une action de visibilité a eu lieu à Trois-Rivières. Au total, nos forces se sont déployées dans une dizaine de villes de la province pour propager le mot d’ordre du boycott des élections et de la lutte pour le pouvoir ouvrier. La campagne a culminé avec une manifestation dans le centre-ville de Montréal, lors de laquelle un feu de pancartes électorales a été allumé en pleine rue, ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention de nos ennemis de classe. Comme nous l’avons dit dans le discours prononcé au départ de la manifestation du 1er octobre: ce que nous avons accompli, c’est un boycott actif, militant, ouvert et propagandiste!

Une autre séquence de combats importants s’annonce

Le 8 mars prochain, nous allons organiser, pour la deuxième année consécutive, une manifestation révolutionnaire dans le centre-ville de Montréal afin de souligner la Journée internationale des femmes ouvrières. Cette année, nous allons insuffler à cette journée un fort caractère internationaliste, en mettant au premier plan l’unité des ouvrières, des paysannes et de toutes les femmes du peuple qui prennent part courageusement, dans tous les pays du monde, à la lutte contre l’exploitation et contre l’oppression impérialiste. Notre slogan sera: «Partout sur la Terre, les femmes exploitées se lèvent et combattent!» Dans les semaines qui suivront l’anniversaire de notre Parti, nos efforts de mobilisation et d’agitation seront dirigés en particulier vers le prolétariat féminin – vers les usines à forte concentration de main-d’œuvre féminine, vers les travailleuses des services de santé et des services de garde, vers les employées du commerce au détail et de la restauration, vers les mères au foyer, vers les assistées sociales, bref, partout où se retrouvent les femmes subissant l’exploitation capitaliste. Nous allons interpeller toutes les femmes du prolétariat désirant se battre pour une société meilleure et les entraîner, aux côtés de leurs frères de classe, dans la lutte générale contre le Capital – la même lutte à laquelle prennent part leurs sœurs combattantes qui, partout dans le monde, affrontent la réaction pour faire tomber le vieux monde. Nous visons à organiser un fort contingent de femmes pour diriger la manifestation du 8 mars. Nous appelons donc toutes les travailleuses, les prolétaires, les étudiantes progressistes et les militantes désirant se joindre à la lutte et participer aux préparatifs de la manifestation à se présenter à notre rassemblement politique le 28 janvier!

Le 1er mai qui vient, nous allons, pour la cinquième année de suite, obliger la bourgeoisie à défendre son centre économique montréalais en entraînant les masses à le prendre d’assaut et à y cibler les intérêts capitalistes. Cette année, comme nous l’avons dit plus haut, nous allons profiter de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses pour commémorer politiquement, c’est-à-dire avec une puissante action contre la classe exploiteuse, le centenaire de l’héroïque grève de Winnipeg de 1919, l’un des combats ayant historiquement le plus fait progresser la conscience et l’organisation de la classe ouvrière au Canada. Nous allons faire une puissante démonstration de forces afin d’interpeller positivement les masses laborieuses du pays et les entraîner dans la lutte conte la classe dominante. Nous appelons les ouvriers et les ouvrières, les prolétaires de l’industrie, du commerce et des services ainsi que les militants et les militantes souhaitant rejoindre le camp du peuple à venir en grand nombre à notre rassemblement politique le 28 janvier afin de participer à la préparation de la manifestation du 1er mai. Joignez vos forces au mouvement révolutionnaire dirigé par le PCR!

FAISONS CULMINER NOTRE CAMPAGNE POUR LE SOCIALISME ET NOS REVENDICATIONS!
EN AVANT VERS LE 1ER MAI 2019 ET LA COMMÉMORATION POLITIQUE DE LA GLORIEUSE GRÈVE DE WINNIPEG DE 1919!
CONTINUONS À PROGRESSER DANS LA RECONSTRUCTION DU CAMP DE LA RÉVOLUTION!
LONGUE VIE AU PARTI COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE!

–> Événement Facebook (à partager!).

e p D T F s