Partout dans le monde, les communistes et les masses exploitées célèbrent cette année le centenaire de la Révolution bolchévique, première révolution prolétarienne de l’histoire ayant mené à la défaite de la bourgeoisie dans un pays entier et ayant permis l’instauration d’un État socialiste. Cet événement a constitué un véritable point de rupture historique, modifiant le rapport de forces entre les classes dominantes et les classes dominées à l’échelle mondiale, suscitant un essor formidable du mouvement révolutionnaire international et inspirant pendant des décennies, dans toutes les régions du monde, le prolétariat exploité et les peuples opprimés en lutte pour leur libération.

Le présent texte est consacré à l’épisode de crise qui a touché le Parti communiste révolutionnaire (PCR) vers la fin de l’hiver dernier. Il fait suite à notre premier communiqué publié sur notre site web (pcr-rcp.ca) dans lequel le district du Québec rétablissait les quatre camarades expulsé-es par le comité central du Parti et appelait à défendre l’intégrité du PCR et de son programme. Ici, nous avons l’intention de faire toute la lumière sur nos désaccords avec les opportunistes à l’origine de cette expulsion, mais surtout, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la continuité de la pratique du

Tract diffusé par les camarades du Mouvement révolutionnaire ouvrier (MRO-PCR) aux travailleuses et travailleurs des magasins Sears:

59 magasins fermés, 2900 licenciements, voilà la solution de Sears Canada pour payer les dettes que la compagnie a accumulées dans les dernières années. Alors qu’une quarantaine de hauts dirigeants se font donner près de 10 millions de dollars par la compagnie en ‘bonus’, les 2900 licenciés n’auront droit à absolument aucune compensation. Comme toujours, nous écopons pour que les patrons puissent s’en tirer indemnes.

Les dirigeants de Sears disent ne pas avoir le choix de fermer les magasins, car ils n’arrivent pas

La journée internationale des travailleurs et des travailleuses à Montréal a donné lieu encore cette année à une puissante manifestation anticapitaliste qui a parcouru en début de soirée les rues du centre-ville, là où les banques, les cabinets d’avocats, les cabinets comptables, les plus grandes compagnies et le vaste appareil bureaucratique de direction de l’économie ont leurs bureaux et assurent, main dans la main, le fonctionnement du système d’exploitation que nous subissons.

À l’appel de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC), des centaines de militantEs anticapitalistes et de prolétaires révolutionnaires se sont rassemblés, en dépit d’une pluie incessante, à 18h00

Communiqués
DÉCLARATION INTERNATIONALISTE À L'OCCASION DU 1ER MAI 2017

Un 1er Mai rouge, révolutionnaire et internationaliste!

«Le drapeau de la révolution d’Octobre est invincible»
– Mao Zedong

Cette année marque le centenaire de la révolution d’Octobre. Les impérialistes, les réactionnaires, les réformistes et les opportunistes de toutes sortes s’affairent à effacer, assombrir, dénigrer et souiller cet événement, comme ils l’ont fait l’an dernier à l’occasion du 50e anniversaire de la Grande Révolution culturelle prolétarienne. Ils agissent ainsi parce qu’ils savent que le puissant message que ces événements communiquent aux prolétaires et aux masses populaires est de plus en plus actuel. Pour nous débarrasser de l’impérialisme, du capitalisme, des guerres, de l’exploitation du prolétariat et de l’oppression

Communiqués
Côte-des-Neiges

Marche vers le 1er Mai révolutionnaire

Le samedi 8 avril dernier, quelques dizaines de nos militantEs et sympathisantEs ont pris la rue et ont marché dans le quartier Côte-des-Neiges – un des quartiers les plus pauvres au Canada – en brandissant le drapeau rouge et en scandant des slogans révolutionnaires. L’objectif était d’inviter les prolétaires du coin à venir manifester dans le centre-ville de Montréal le 1er mai prochain, à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses. Des tracts expliquant la raison d’être du 1er Mai et de la manifestation anticapitaliste ont été distribués tout au long de notre trajet. Notre défilé s’est

Le Bureau d’information politique annonce la parution du plus récent numéro du journal Partisan – un outil d’agitation-propagande pour le communisme et la révolution désormais publié par le District du Québec du PCR. Les articles publiés dans ce numéro mettent l’accent sur la mobilisation en prévision de la journée internationale des travailleuses et des travailleurs, le 1er Mai.

Les milliers d’exemplaires seront disponibles dès mercredi 12 avril en soirée à la Maison Norman Bethune, au 1918, rue Frontenac à Montréal.

Lisez, diffusez le journal Partisan! En avant vers le 1er mai révolutionnaire!

Le Mouvement étudiant révolutionnaire – Montréal (MER-Montréal) rompt de façon immédiate et définitive tout lien organisationnel et politique avec l’organisation pancanadienne Mouvement étudiant révolutionnaire – Revolutionary Student Movement (MER-RSM).

Cette rupture fait suite aux récents évènements entourant le Parti communiste révolutionnaire (PCR), et à la lutte pour en préserver l’intégralité contre les attaques répétées d’une clique antiparti et de leurs supporters envers son programme et ses conceptions stratégiques. Ces évènements, même s’ils ont agi comme une étincelle, en se posant comme démiurges d’une réalité politique nouvelle demandant frénétiquement une réponse de notre part, ne doivent aucunement éclipser la longue accumulation

(Montréal, le 11 mars 2017) Il appert qu’un communiqué sera publié, dans les prochaines heures sinon les prochains jours, pour annoncer «l’expulsion» de quatre camarades membres de notre parti dans la région de Montréal, sous prétexte d’un incident survenu le samedi 4 mars à l’occasion du lancement d’un ouvrage à la Maison Norman Bethune, quand trois éléments hostiles, qui n’ont cessé de mener une activité fractionnelle basée sur la diffusion de rumeurs et de mensonges et se sont exclus eux-mêmes du parti, ont été invités à quitter les lieux.

Le district du Québec du Parti communiste révolutionnaire condamne et rejette