Le 1er juillet, plutôt que de fêter l’État canadien impérialiste et colonialiste, le Parti communiste révolutionnaire participe à la journée internationale de solidarité avec la guerre populaire en Inde. Nous vous invitons à faire de même en faisant circuler cet article du dernier numéro du journal Partisan, spécialement parmi les communautés sud-asiatiques. Vous pouvez également utiliser ce tract, qui reprend des extraits des articles parus dans les deux derniers numéros du journal.

N’oubliez pas de faire parvenir vos rapports à info@pcr-rcp.ca.

Vive la guerre populaire en Inde,
opposons-nous à l’opération Green Hunt!

Le Bureau d’information politique

Salutations à tous les camarades et toutes les camarades présents et présentes!

À l’occasion de cette deuxième conférence et au nom de tous les supporters du Parti communiste révolutionnaire (PCR) au Canada, nous voulons saluer le travail accompli au cours des derniers mois pour mobiliser de nouvelles forces et les efforts pour faire exister dans le milieu étudiant, un mouvement de type nouveau, unificateur et révolutionnaire, qui nous l’espérons, se multipliera d’un bout à l’autre du pays. Nous savons que ces efforts d’organisation ne font que commencer. Mais c’est déjà immense que de s’atteler à cette tâche!

C’est dans cet

Communiqués
MANIFESTATION DU 1ER MAI À MONTRÉAL

Comme annoncé, la CLAC a pris la rue coûte que coûte!

Le communiqué suivant a été émis par la CLAC (Convergence des luttes anticapitalistes) dans les heures qui ont suivi la brutale attaque des flics du «SSPVM» contre la manifestation du 1er mai à Montréal. Surveillez le prochain numéro du journal Partisan pour le compte-rendu complet et détaillé des manifestations du 1er mai qui ont eu lieu à Montréal, Québec, Ottawa, Toronto et ailleurs. – Le Bureau d’information politique

Comme annoncé, la CLAC a pris la rue coûte que coûte!

Les 2000 manifestants et manifestantes, malgré la provocation, l’intimidation et la répression policière, ont crié leur colère dans les rues du

Les masses populaires veulent renverser les gouvernements capitalistes, impérialistes et les gouvernements qui les servent!

Les prolétaires veulent s’unir pour le parti de la révolution!

Les communistes soutiennent les luttes anti-impérialistes et développent les guerres populaires pour la révolution prolétarienne mondiale!

L’impérialisme est le «stade suprême du capitalisme» – une étape de «parasitisme et putréfaction» (Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme). Il s’agit aujourd’hui de l’enterrer au plus vite. La crise du capitalisme est comme une maladie chronique qui le tourmente. Elle crée les conditions pour sa mort.

La crise du capitalisme, c’est avant tout une crise de surproduction:

Communiqués
UN APPEL DU PARTI COMMUNISTE RÉVOLUTIONNAIRE

Apportez vos drapeaux rouges pour manifester le 1er Mai

Nous sommes anti-capitalistes… et révolutionnaires!

Montréal: joignez le contingent rouge du PCR le 1er Mai à 18h piles

Rendez-vous place Jacques-Cartier devant l’Hôtel de ville (métro Champ-de-Mars ou Place-d’Armes

On veut qu’elle change. Elle doit changer. La société bourgeoise actuelle, avec sa démocratie de façade, ses inégalités galopantes, sa corruption, son gaspillage, avec tous ces travailleurs et travailleuses jetéEs après usage, avec cette consommation qui nous menotte aux marchandises au lieu de nous libérer de nos besoins, avec toutes ces maladies nées de l’économie privée, de la concurrence et de l’exploitation, cette société n’est plus tout à fait la nôtre.

Communiqués
SOLIDARITÉ CONTRE LA RÉPRESSION POLICIÈRE À MONTRÉAL

Nous ne nous soumettrons pas au règlement municipal P-6

Avec cette déclaration publique, nous affirmons notre opposition au règlement P-6: nous continuerons de manifester sans négocier l’itinéraire avec la police et nous contesterons systématiquement toute contravention en vertu de ce règlement.

Ces dernières années ont été marquées par une escalade de la répression policière à Montréal. Au moment où le nombre des mouvements politiques qui prennent la rue d’assaut augmente sans cesse, les manifestations se voient attaquées plus brutalement et plus arbitrairement que jamais. Bâtons rétractables, matraques, lacrymogènes, poivre de Cayenne et balles de plastique; de plus en plus, nos camarades subissent des arrestations de masse, sont brutaliséEs, humiliéEs,

Au Canada, une tempête économique se prépare. La solidité des marchés financiers et immobiliers internes ne fera plus longtemps barrage aux secousses de l’économie mondiale. Dans la foulée des USA, le Canada va entrer dans la terrible bataille que se livrent toutes les bourgeoisies pour faire baisser le coût du travail. Les capitalistes n’ont qu’un seul mot d’ordre à l’adresse des prolétaires: «Travailleur, prends sur ta paye et donne au patron ce qu’il exige!» Et de même, s’adressant aux gouvernements, les capitalistes se font-ils forts d’exiger: «Faites-les obéir, répandez vos polices, achetez leurs chefs, brisez leurs grèves, notre avenir en

Communiqués
17E JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LA BRUTALITÉ POLICIÈRE:

Les forces policières défendent leur image à coups de matraques

Nous reproduisons le communiqué diffusé par le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) à la suite de l’émeute policière planifiée par la direction du Service de police de la Ville de Montréal pour empêcher la tenue de la manifestation annuelle du 15 mars à Montréal. Défendons le droit de manifester! Organisons-nous solidement et combattons!

Le COBP dénonce vigoureusement le sabotage de la 17e manifestation contre la brutalité policière et tient à relever la cruelle ironie de la violence et du profilage social / politique dont fait preuve le SPVM pour faire taire les victimes et témoins de violence policière.

Voici le texte de l’intervention prononcée par une camarade au nom du Front féministe prolétarien et révolutionnaire au rassemblement qui a suivi la manifestation du 8 mars 2013 à Montréal.

Cette année encore, la situation des femmes prolétaires partout sur la planète n’a fait que se dégrader. Nous portons, plus dramatiquement encore que les hommes de même classe, le fardeau de la violence d’un système, le capitalisme.

Nous avons en outre à composer avec la violence sexuelle, utilisée tantôt comme arme de guerre, tantôt comme outil de domination masculine, sans parler des viols collectifs, notamment en Inde et en Afrique