Partisan №6

Le vrai visage du Canada

Quand on grandit au Canada, on se fait dire dès notre plus jeune âge que «notre pays» est un «champion de la paix» et que les droits et libertés démocratiques y sont pleinement reconnus. Il y a même certaines personnes de gauche, par ailleurs critiques de la politique étrangère canadienne, qui voient néanmoins le Canada comme un pays différent des autres pays impérialistes – quelque chose comme un pays «à demi impérialiste» et «à demi colonialiste», qui serait à la fois exploiteur, mais aussi, en quelque sorte, «victime» de l’impérialisme.

Cette vision des choses est pour le moins douteuse.

Partisan №5
LE MARTYRE DES PRISONNIERS RÉVOLUTIONNAIRES AU PÉROU

Souvenirs et leçons du «Jour de l’héroïsme»

En 1980, après des décennies de souffrance et de pauvreté croissante pour les masses, le Parti communiste du Pérou (PCP) déclenchait la guerre populaire. À la suite de l’échec de la stratégie parlementaire qui s’était avérée incapable de sortir les opprimés et les exploités de la misère, le PCP a ouvert un nouveau sentier, ce qui allait susciter une réaction particulièrement brutale de la part de l’État péruvien et du régime meurtrier alors dirigé par Alan García.

L’expérience du Parti communiste du Pérou jusqu’à ce jour nous montre que jamais l’État n’hésitera à recourir à la répression la plus ignoble

Partisan №5
LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME!

Défendons nos camarades emprisonnéEs!

Le 19 juin 1986, après une résistance héroïque, près de 300 prisonnières et prisonniers associéEs au Parti communiste du Pérou (PCP) étaient lâchement assassinéEs par le régime génocidaire du social-démocrate Alan García. En mémoire de ces camarades, le comité central du PCP adoptait quelques jours plus tard une résolution pour faire du 19 juin le jour de l’héroïsme. Cette journée est désormais connue à travers le monde comme une journée de solidarité avec les prisonnières et prisonniers révolutionnaires. Pour l’occasion, ce numéro du journal Partisan leur est consacré.

De tout temps, l’État capitaliste réprime ses opposantes et opposants. Les

Si les prisonnières et prisonniers politiques ne constituent qu’une infime partie de la population carcérale mondiale, les prisons restent massivement remplies de prolétaires et de pauvres, dont bon nombre sont issus de nationalités opprimées. Le capitalisme est impitoyable avec ceux et celles qui dévient ou vivent en marge des normes de contrôle social qu’il a établies. La lutte pour défendre les droits des prisonnières et prisonniers de droit commun fait elle aussi partie du combat de la classe ouvrière contre l’exploitation capitaliste et l’oppression impérialiste.

Le 1er juillet prochain, en Californie, entre 50 et 100 prisonniers de la Security Housing

Voici l’histoire de prisonniers politiques dont certains sont toujours détenus, qui ont été persécutés en raison de leur participation aux luttes du peuple et à la révolution. Il s’agit bien sûr d’un bref échantillon parmi des milliers d’autres qui ont osé s’opposer au capitalisme et à l’impérialisme. Que leur exemple serve d’inspiration pour nos luttes à venir! À noter que certains d’entre eux ont encore besoin de notre solidarité: les liens vous permettront de leur manifester votre soutien.

Mumia Abu-Jamal

Mumia Abu-Jamal est un journaliste renommé emprisonné depuis 1981. Il a été condamné à mort deux ans plus tard pour

Au moment de mettre sous presse, la prochaine étape de la révolution au Népal était toujours en suspens, à la veille de l’échéance du 28 mai 2011 pour la rédaction d’une nouvelle constitution.

Le Parti communiste unifié du Népal (maoïste) a émergé comme parti dominant à la suite d’une guerre populaire qui aura duré dix ans, et qui a vu les masses paysannes s’opposer aux seigneurs féodaux, à l’armée royale, à la police et au régime monarchique. Le parti s’est alors gagné l’appui de 80% de la population népalaise, incluant les paysannes et paysans, les travailleurs et travailleuses, les étudiantEs,

Le 9 mai dernier, le premier ministre québécois Jean Charest dévoilait pour une deuxième, voire une troisième fois son fameux «Plan Nord», qui vise à occuper, développer et exploiter cet immense territoire situé au nord du 49e parallèle – on parle ici de 1,2 million de kilomètres carrés – qui représente plus de 70% de la superficie du Québec.

Coordonné par une nouvelle société d’État mise sur pied à cette fin, le plan Charest prévoit des investissements publics et privés de l’ordre de 80 milliards de dollars, sur un horizon de 25 ans. Cela inclut quelque 11 projets miniers

Partisan №4
TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES, LES CAPITALISTES NE NOUS FERONT PAS DE CADEAU

Défendons nos intérêts, et rien d’autre!

Chaque jour, nous sommes sollicitéEs et le système nous incite à réagir à divers titres: comme «consommateurs», «Québécois», «Canadiens», «citoyens», et ainsi de suite. Il y a même des cas où l’on essaie de nous faire croire que nous sommes autre chose que ce qu’on est vraiment: le plus bizarre étant peut-être celui des salariéEs de chez Walmart, à qui la multinationale s’adresse comme des «associés» tout en les payant à peine quelques sous de plus que le salaire minimum! Mais rarement, sinon jamais, on nous invite à penser et à agir comme travailleurs et travailleuses

Partisan №4

Je suis un travailleur!

Je travaille dans un hôtel. Pas au service d’entretien ménager, là où le travail est pénible, précaire et comporte un risque élevé de blessure. Pas dans la cuisine, où l’art de créer de délicieux plats en grande quantité est considéré comme un travail «non spécialisé» et payé en conséquence. Non plus qu’au restaurant, où le salaire dépend des pourboires laissés par les clients (dont une bonne part est par ailleurs conservée par la compagnie!) et où le manque de personnel a atteint un point critique. Non: je travaille à la réception, où mes 40 heures sont assurées; où je suis