Le bulletin En Avant! est paru occasionnellement à l’hiver et au printemps 2003 en préparation du premier congrès des comités d’organisation du PCR. Il visait à impliquer les sympathisantes et sympathisants du PCR(co) dans l’élaboration de son programme.

En novembre 2000, il y a deux ans, des militantes et militants provenant de plusieurs villes et régions du pays, réunis-es à Montréal dans le cadre de la Conférence communiste révolutionnaire, ont réalisé un pas en avant décisif en constituant le Parti communiste révolutionnaire (comités d’organisation) – le PCR(co).

Les participantes et participants à cette conférence ont adopté un projet de programme, qui a été diffusé à plusieurs centaines d’exemplaires d’un bout à l’autre du pays et qui, depuis, a fait l’objet de nombreux débats et discussions, tant à l’interne qu’auprès des larges masses.

Les militantes et militants du

Aujourd’hui, plusieurs divergences existent entre ceux et celles qui travaillent dans les pays impérialistes sérieusement et honnêtement à la renaissance du mouvement communiste, et en particulier à la construction de partis communistes basés sur le marxisme-léninisme maoïsme, et ceux et celles qui défendent une variante sclérosée et dogmatique du marxisme.

Prenons le cas du Groupe internationaliste ouvrier (GIO) qui publie le bulletin Notes Internationalistes, et comparons certaines de ses thèses sur la question des luttes de libération nationale et sur l’anti-impérialisme avec celles du Parti communiste révolutionnaire (comités d’organisation).

Le GIO affirme dans sa revue n° 1 :

«Aujourd’hui

En Avant! №4

La manière de débattre

Bertolt Brecht nous a laissé des essais, des romans, du théâtre mais aussi des poèmes percutants. L’Éloge du communisme et l’Éloge du Parti sont deux de ces poèmes qui peuvent nous aider à réfléchir sur la manière de débattre.

Le premier nous dit tout son long l’énormité de la tâche à faire. Le communisme est chose simple, difficile à faire, conclut-il. Dans le deuxième – sur le parti -, il montre comment est vaste la science du parti et sa vision puisée dans les débats du mouvement communiste avec les méthodes des classiques, puisées dans la connaissance

Le 23 novembre dernier, plus d’une centaine de policiers nicaraguayens ouvraient le feu et lançaient des gaz lacrymogènes sur une foule d’un millier de personnes réunies dans le stade de Maipaisillo à 113 kilomètres de Managua. L’Agence France-Presse rapportait le lendemain que de nombreuses personnes furent blessées par les tirs et que la police fit plus de cinquante arrestations. Un porte-parole du syndicat des mineurs a relaté à l’AFP que la police avait encerclé le terrain de sport et tiré sur les manifestants-es pendant un long moment. (National Post, 25/11/2002)

C’est qu’à Maipaisillo et dans toute la

Le mérite de notre programme est de faire de la question des femmes une question de classe. Il note que les femmes font partie de différentes classes et qu’elles ne peuvent avoir toutes les mêmes intérêts. Mais sa faiblesse est aussi de ne pas se tenir de façon conséquente sur cette analyse.

Ainsi, on parle de féminisme en général et du mouvement autonome des femmes et on leur reproche de ne pas organiser les femmes sur une base de classes. Qu’est-ce que le féminisme en général ? Y aurait-il un féminisme au-dessus des classes ou le féminisme serait-il en soi

La bourgeoisie
Couche Caractéristiques Importance numérique et politique
Bourgeoisie Ne regroupe pas seulement 33 grandes familles propriétaires de gros holdings financiers privés. Il faut aussi inclure la presque totalité des cadres supérieurs, les juges, une certaine partie des membres des professions libérales (médecins, avocats, ingénieurs) propriétaires de grands cabinets, la haute administration publique, les hauts officiers de l’armée et de la police, certainEs hautEs dirigeantEs des organismes syndicaux et communautaires, une partie importante des professeurs d’université qui travaillent à la production de l’idéologie dominante, les grands artistes du showbusiness et les grands athlètes du sport professionnel, les grands rentiers et
En Avant! №1
COMMENTAIRE SUR LE PROJET DE PROGRAMME DU PCR(co)

Boycott de l’État, revendications immédiates et programme minimum

Depuis sa fondation, notre organisation a consacré des efforts considérables, tant au niveau théorique que pratique, afin de dégager un point de vue révolutionnaire, c’est-à-dire une conception communiste du monde appliquée à la réalité de la lutte des classes au Canada.

Chaque fois que dans l’histoire, les communistes ont sous-estimé les questions de stratégie et de programme, ils se sont engagés dans la voie de l’opportunisme : c’est pourquoi un des éléments essentiels de la démarcation entre marxisme et opportunisme se trouve justement à être le programme communiste.

En amorçant le bilan de nos deux années d’activités, des camarades ont

En Avant! №2
ÉLECTIONS OU RÉVOLUTION ?

Quelle révolution sociale, messieurs ?

Le nouveau gouvernement vient tout juste d’être mis en place et de faire entendre ses premières déclarations officielles. La culture politique actuelle, qui domine non seulement au Brésil – dont le processus électoral est particulièrement pourri -, obéit à sa propre logique. L’écart considérable entre les promesses électorales des différents partis et candidatEs et la réalité de l’exercice du pouvoir, ainsi que l’hypocrisie et la démagogie dont témoigne ce phénomène font désormais partie du folklore. Le processus politique officiel de ce pays constitue une imposture réactionnaire. On dit souvent qu’on n’entend jamais autant de mensonges que lors d’une campagne électorale,

Le féminisme bourgeois refuse de considérer les différences de classes. Pour lui, il faut considérer le pouvoir des hommes ou le capitalisme : il faut choisir entre les deux. Pour s’occuper du patriarcat, il faut diminuer l’importance du capitalisme et, dans les cas extrêmes, purement et simplement ignorer les différences de classes.

On peut répondre de deux façons : soit on dit que c’est le capitalisme et les différences de classes qui sont importants, pas le patriarcat. Mais, ce faisant, on respecte les paramètres du féminisme bourgeois, sa façon de poser le problème : ou bien le patriarcat, ou bien