Socialisme Maintenant №7
DOSSIER SPÉCIAL - NÉPAL

Le PCN(M) face au mouvement communiste international

Sur la scène internationale, le Parti communiste du Népal (maoïste) participe au Mouvement révolutionnaire internationaliste (MRI) – un regroupement d’une quinzaine de partis et organisations maoïstes qu’il considère comme étant le «centre embryonnaire» de la révolution prolétarienne mondiale. Il entretient également des liens avec d’autres partis et organisations maoïstes, notamment en Inde, tels le Maoist Communist Center et le groupe People’s War qui y mènent la lutte armée. Le PCN(M) considère que la préparation et le déclenchement de la guerre populaire constituent présentement la tâche centrale à laquelle doivent œuvrer les communistes, dans tous les pays. Un de ses dirigeants,

Socialisme Maintenant №7
L'expérience des Brigades rouges

La lutte révolutionnaire dans les métropoles impérialistes

Ce texte est une modeste contribution à l’amorce d’une analyse historique du combat communiste dans les métropoles impérialistes. Il s’attarde principalement au rôle de la lutte armée, à travers l’expérience pratique de l’organisation révolutionnaire italienne des Brigades rouges.

«Certains pays capitalistes admettent l’existence légale des partis communistes, mais seulement dans la mesure où elle ne lèse pas les intérêts fondamentaux de la bourgeoisie ; au-delà de cette limite, ils ne la tolèrent plus.»

Mao Zedong
De la juste solution des contradictions au sein du peuple, 1957

L’histoire des révolutions, partant de la Commune de Paris, en passant par Lénine

Si on cherchait un document qui nous donne un portrait du rôle socioéconomique du Fonds de solidarité de la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ), celui-ci existe maintenant. Le document, intitulé Un cas exemplaire de nouvelle gouvernance, a été rendu public lors d’un colloque tenu à l’Université du Québec à Montréal au printemps 2001. Il a été réalisé par une équipe sous la direction de Benoît Lévesque, professeur de sociologie et responsable du Centre de recherche sur les innovations sociales dans l’économie sociale, les entreprises et les syndicats, le CRISES.

Le mandat du CRISES est

Socialisme Maintenant №7

Correspondances

Comment faire la différence ?

Bonjour,

Je me suis toujours considéré comme quelqu’un qui a des convictions. J’ai souvent réussi à rallier les travailleurs contre l’oppression des boss et j’ai à l’occasion gagné la bataille, mais souvent perdu la guerre. Dès que j’arrivais à faire une différence, je me retrouvais «le cul dans la rue». Je fais partie du prolétariat, mais je me sens isolé. La pression exercée par la bourgeoisie, comme vous l’expliquez bien, m’apparaît comme une montagne, et je sais que seule l’union des forces prolétariennes pourra la vaincre.

Il existe des partis qui partagent votre idéologie

Socialisme Maintenant №7
Contre la récupération, le légalisme bourgeois, l'électoralisme et le capitalisme :

Pour un jour, donner le pouvoir aux masses, un parti communiste révolutionnaire, aujourd’hui !

«Le XXIe siècle sera celui des insurrections», avaient déclaré avec crainte les maîtres bourgeois lors d’une réunion de l’OTAN tenue peu avant le passage à l’an 2000.

Jusqu’à présent, le siècle ne leur a pas donné tort. Sur tous les continents, des centaines de milliers de personnes écrasées sous le poids de la misère, du despotisme, des famines, de l’exploitation, manifestent spontanément leur désespoir et de plus en plus, leur colère. Pour un Seattle, un Québec, un Gênes, combien d’émeutes et de confrontations en Indonésie, au Guatemala, en Corée, en Algérie, en Colombie, au Népal, en Grande-Bretagne ? Le

Les pays capitalistes dominants, qui sont actuellement les plus riches et les plus puissants au sein du système impérialiste mondial, seront de plus en plus secoués, affaiblis, ébranlés au cours des prochaines années par la désagrégation des bases économiques, politiques et idéologiques du système capitaliste, et par la faillite morale absolue des grandes institutions bourgeoises, engendrée par l’exploitation et l’oppression que ce système fait peser sur la masse des hommes et des femmes de la planète.

Ébranlés au point d’en périr ? Assurément pour plusieurs d’entre eux. De quelle manière et dans quelles circonstances ? Nul ne peut maintenant le

1.Laissées depuis trop longtemps entre les mains des réformistes de toute espèce, les manifestations de rue ont dégénéré en activités purement accessoires – et donc malheureusement sans conséquences – dans la lutte des classes. Mais contrairement aux politiciens bourgeois les plus réactionnaires, le but de ces réformistes (politiciens dits «de gauche», syndicalistes, ONGistes, pacifistes non-violents, etc.), ce n’est pas de faire disparaître purement et simplement les manifestations, mais plutôt d’en transformer la nature même, de manière à pouvoir les utiliser à des fins de contrôle et/ou de direction idéologique et politique dans la lutte des classes.

2.Au lieu d’appeler

Socialisme Maintenant №7
DÉBAT

Pour le féminisme révolutionnaire

L’auteur de l’article qui suit réagit au chapitre 6 du Projet de programme du PCR(co) portant sur la question des femmes. Une camarade lui donne ensuite la réplique (voir l’article Conquérir la moitié du ciel). Nous invitons toutes les personnes intéressées à l’élaboration du programme communiste et à la lutte pour l’émancipation des femmes à contribuer à la discussion.
– Socialisme Maintenant!

1.La nécessité pratique du féminisme

Plutôt que d’aborder la question de façon théorique, nous allons l’aborder de façon pratique en démontrant la nécessité du féminisme pour poser les bonnes questions en vue de mobiliser un prolétariat très majoritairement

Les camarades de l’organisation Voie prolétarienne (VP) de France [1] ont récemment fait paraître deux numéros de leur revue théorique consacrés au bilan de la révolution chinoise. Résultats du travail d’une commission mise sur pied par VP et qui a étudié la question pendant plusieurs années, les textes présentés dans La Cause du communisme soulèvent toute une série de critiques à l’encontre des positions défendues par Mao et par ses alliés-es à différentes étapes de la révolution, au point où on se demande un peu à quoi on veut en venir.

Il faut dire que de la façon dont ils